En annonçant cette semaine qu’il y a peut-être des tempêtes de neige sur Mars, les planétologues ont en même temps ouvert la porte à une autre explication : comment Mars a-t-elle perdu son eau ?

Ce qui a été annoncé le 21 août dans la revue Nature Geoscience, et qui a fait beaucoup rêver dans les médias de science, c’est que des particules de glace dans l’atmosphère martienne, originaires de la calotte glaciaire nordique, retomberaient à l’occasion sous la forme de « violentes tempêtes », pendant les nuits de l’été martien. Cette description, qui est le résultat de longues simulations informatiques, est inédite pour les experts qui avaient jusqu’ici plutôt l’habitude de dépeindre des chutes de neige plus calmes.

Mais si cette simulation s’avérait exacte — c’est encore un gros « si » —, elle ouvrirait la porte à un autre vieux mystère : puisqu’on sait que Mars a jadis abrité des rivières et des lacs, où est passée toute cette eau ? La réponse est qu’elle se serait en partie perdue dans l’espace. Les particules de glace dont parlent les chercheurs se regrouperaient d’abord dans des nuages à haute altitude — de 10 à 20 kilomètres. Lorsque la température descend pendant la nuit, cela provoque de puissantes colonnes de vent qui éjectent cette eau glacée vers le bas — les tempêtes de neige —, mais peut-être aussi vers le haut, à des altitudes de plus en plus élevées où elles finissent par échapper aux courants atmosphériques.