Autre action

Blogue

La microbiologie au quotidien

Qu’est-ce qu’un microbiologiste?

Cet article présente un sommaire de la profession de microbiologiste, c.-à-d. leurs compétences et expertises, leurs secteurs d’emploi, leurs rôles et mandats, ainsi que la structure qui encadre en partie la pratique de la microbiologie.

Microbiologiste médical
Cliquer sur la photo pour agrandir
Microbiologiste médical Analyse d'une gélose Milieux de culture Milieux de culture

Pour plus d'information sur la microbiologie, la profession de microbiologiste et sur les rôles et mandats de l'Association des microbiologistes du Québec, rendez-vous sur le site www.microbiologistes.ca

L'AMQ est également un organisme de référence en microbiologie, n’hésitez pas à nous contacter: amq@microbiologistes.ca

La microbiologie est un domaine des sciences appliquées qui s'intéresse aux microorganismes que sont les bactéries, les levures, les virus, les moisissures, les protozoaires et les algues. Les microbiologistes font entre autres des recherches sur la structure, la physiologie, le métabolisme, la pathogenèse, la génétique et l'écologie des microorganismes, ainsi que sur leurs potentiels industriels et commerciaux. Ils s’intéressent aussi aux effets bénéfiques et nocifs que les microorganismes peuvent avoir sur la santé et sur l’environnement. À un niveau plus complexe, ils étudient les relations que les microorganismes ont entre eux et les interactions qu’ils ont avec leurs environnements. Un exemple de ce type d’étude concerne les interactions entre les microorganismes pathogènes et les personnes qu’ils infectent.

En raison de leurs expertises les microbiologistes ont comme mandat de fournir des services professionnels et des conseils scientifiques, notamment dans l'analyse, la gestion, le contrôle, l'évaluation et la supervisons des activités portant sur les microorganismes. Ceci inclut également les activités en lien avec les composantes microbiennes et avec les produits de l’activité des microorganismes. De plus, les microbiologistes assurent l'innocuité des produits de consommation et veille à ce que les normes de biosécurité soient respectées en tout temps. Ils ont aussi comme prérogative d’évaluer et de gérer l’impact des microorganismes sur les êtres vivants et sur l’environnement et de contrer la propagation des microorganismes nuisibles ou pathogènes.

Par ailleurs, les microbiologistes sont les seuls professionnels à avoir les compétences pour superviser l’isolement, la caractérisation et l’identification d’un microorganisme. Les microbiologistes tirent également des applications pratiques du résultat des recherches, en étudiant la nature des microorganismes. La pratique de la microbiologie requiert des connaissances scientifiques, médicales et techniques étendues et une solide expérience pratique.

LES DOMAINES D’ACTIVITÉ DES MICROBIOLOGISTES
Le travail des microbiologistes est très varié, tout comme les employeurs potentiels. Il est possible de travailler en sciences de la santé, dans les laboratoires gouvernementaux et dans ceux des hôpitaux, dans les centres de recherche, dans l’industrie pharmaceutique ou agroalimentaire, en enseignement collégial et universitaire, en environnement, etc. Habituellement les microbiologistes pratiquent dans l’un de ces six grands secteurs:

  • Microbiologie médicale et Santé publique: Étude des microorganismes pathogènes (virulence et pathogénicité, maladies infectieuses, méthodes de diagnostic, réponse immunitaire, résistance aux antibiotiques, évaluation de l'efficacité des traitements). Ils œuvrent dans les hôpitaux, les agences et les institut de santé publique et l'industrie pharmaceutique.
  • Microbiologie moléculaire (génétique): Étude des rôles et des fonctions des gènes chez les microorganismes (physiologie et métabolisme, génétique, identification et développement des molécules microbiennes utiles en biotechnologie). Ils œuvrent principalement dans les institutions de recherche et dans l'industrie des biotechnologies.
  • Microbiologie biopharmaceutique: Mélange de microbiologie médicale et moléculaire dans une optique industrielle (développement de nouveaux antibiotiques, antiviraux et de vaccins, production de composés pour la fabrication de médicament).
  • Microbiologie industrielle: Utilisation du système enzymatique des microorganismes pour synthétiser ou dégrader une grande variété de produits (industrie des pâtes et papier; production de produits chimiques; extraction de minéraux; filtration des eaux; production de cosmétiques). Présent au niveau du contrôle de la qualité.
  • Microbiologie agroalimentaire: Utilisation de microorganismes dans la production et la transformation des aliments (étude du rôle des micro-organismes dans la production maraîchère et animale, dans la conservation des aliments, fermentation du fromage, yogourt, vin, bière, production de probiotiques et prébiotiques, asepsie des produits)
  • Microbiologie environnementale: Évaluation de l’impact des microorganismes dans l’environnement (épuration des eaux, symbiose entre les bactéries et les plantes, cyanobactérie, traitement des sites pollués, bioélimination des pesticides). Ils travaillent principalement pour les services de protection et de gestion de l’environnement.

COMMENT DEVIENT-ON UN MICROBIOLOGISTE?
Pour accéder à cette profession il faut compléter au minimum un baccalauréat en microbiologie. Cette formation universitaire de premier cycle dure trois ans et est offerte par plusieurs universités. Il est fortement conseillé d’opter pour les profils de formation avec stages, afin d’acquérir plus rapidement des compétences pratiques et de l’expérience de travail.

Un microbiologiste bachelier qui désire se spécialiser davantage dans un domaine de la microbiologie, doit entreprendre des études aux cycles supérieurs après le baccalauréat (D.É.S.S., maitrise, doctorat, etc.). Cette spécialisation qui dure entre 1 et 8 ans permet d’acquérir une formation spécifique dans des domaines comme la bactériologie, la parasitologie, la virologie, l’immunologie, la phytopathologie, etc. Selon les cas, un microbiologiste spécialisé pourra ajouter un qualificatif à son appellation professionnel, ce qui indiquera son champ d’expertise. Il y a donc par exemple des microbiologistes cliniques, des microbiologistes environnementaux, des microbiologistes moléculaires et ainsi de suite.

L’AGRMÉMENT PROFESSIONNEL
Un agrément se définit comme la reconnaissance officielle qu'une personne possède la formation et les qualités nécessaires afin d'exercer des activités dans un domaine particulier. C’est une garantie qu’une personne répond à des critères de qualification et de formation dont une personne sans agrément ne peut se prévaloir. Bien qu’il ne soit pas légalement obligatoire d’avoir un agrément professionnel pour travailler en microbiologie, il est recommandé de l’obtenir afin bénéficier d’une reconnaissance des compétences exclusives aux microbiologistes.

N’étant pas une profession réglementée, n’importe qui peut malheureusement s’improviser microbiologiste. Toutefois, seuls les vrais microbiologistes peuvent obtenir l’Agrément décerné par Association des microbiologistes du Québec. Cet agrément vise à renforcir la protection du public et de mieux protéger la profession de microbiologiste. Il est réservé exclusivement aux membres de l'AMQ. Ces derniers sont alors autorisés à porter le titre de Microbiologiste agréé(e) et à ajouter à leur signature les initiales Mcb.A.

Le Collège canadien des microbiologistes (CCM) offre aussi une certification de Registered Microbiologist (RMCCM). Les compétences en microbiologie des détenteurs du certificat de RMCCM sont reconnues partout au Canada. De plus, conditionnellement à la réussite d’un examen, le CCM offre la possibilité aux microbiologistes qui ont une expérience de travail, ainsi que des compétences particulières en microbiologie médicale, environnementale ou industrielle, d’obtenir la certification de Specialist Microbiologist (SCCM), dans l’un de ces trois domaines. Pour finir, les microbiologistes possédant une formation postdoctorale en microbiologie clinique, peuvent faire la demande afin de passer les examens en vue d’acquérir le prestigieux titre de Fellow in Clinical Microbiology (FCCM). Ce titre permet de travailler comme microbiologiste clinique en milieu hospitalier au Canada et aux États-Unis. Les Fellows du CCM étant reconnus par l’American Board of Medical Microbiology et inversement.

Bien qu’il soit obligatoire d’avoir complété un minimum de 30 crédits universitaire en microbiologie pour devenir membre régulier de l'Association des microbiologistes du Québec, il est possible d’y adhérer à titre de membre étudiant durant les études au baccalauréat. Ceci permet de se familiariser davantage avec le fonctionnement de l'association et de commencer à développer un réseau professionnel en vue de futurs stages ou emplois. Le Collège canadien des microbiologistes n’accepte pas les membres étudiants. Seuls les microbiologistes diplômés peuvent devenir membre du CCM.

EST-CE QUE LA MICROBIOLOGIE EST FAITE POUR MOI?
Pour choisir cette profession, il faut a priori avoir une grande curiosité scientifique, être passionné par la biologie et ne pas avoir peur des études. Il faut aussi être débrouillard, organisé, discipliné et persévérant. Il est important d'avoir de bonnes aptitudes à travailler en équipe et être minutieux, polyvalent et rigoureux. Un bon sens de l’observation, de l’initiative, de l’analyse et de la synthèse sont requis. Il faut aussi être prêt à rédiger des rapports officiels et éventuellement à superviser le travail de technicien de laboratoire. Une bonne aptitude à la communication orale et écrite est un atout, mais par-dessus tout il faut aimer les MICROBES!

______

Patrick D. Paquette, microbiologiste, RMCCM
Consultant en prévention des infections

Suivez-moi sur Twitter: @patdpaquette │ Courriel: patrick.d.paquette1@gmail.com