L’ordinateur sur lequel vous lisez surement ces lignes pourrait bientôt être dépassé… une fois de plus. Mais, cette fois, c’est l’ordinateur quantique qui est à nos portes. Notre expert Michel Pioro-Ladrière, professeur au département de physique de l'Université de Sherbrooke, répond à vos questions toute la semaine!

C’est grâce à la mise au point d’une pièce fabriquée à partir d’un matériau semi-conducteur que Michel Pioro-Ladrière et son équipe de chercheurs peuvent affirmer que l’ordinateur du futur verra bientôt le jour.

Ces superordinateurs fonctionneront selon les bases de la mécanique quantique, où tout se passe à l’échelle atomique et subatomique. Alors qu’un ordinateur contemporain utilise la charge de l’électron pour transporter le courant, les ordinateurs quantiques utiliseront plutôt le spin de l’électron.

En tournant sur lui-même, l’électron, chargé négativement, agit comme un petit aimant en pointant soit vers le haut ou vers le bas. Ce phénomène permet alors d’utiliser les électrons comme bits d’information, tel le code binaire de nos ordinateurs actuels (composé de 0 ou de 1). Ici, il ne sera plus question de bits, mais plutôt de qubits (quantum+bits).

Comment l’ordinateur quantique pourrait-il nous permettre de communiquer sur Internet de façon plus sécuritaire? Comment pourrait-il simuler le comportement quantique des molécules d’un médicament dans l’organisme? Ce sont là toutes des questions auxquelles notre expert pourra répondre.

L’Université de Sherbrooke sera bientôt l'une des premières universités québécoises à se doter d’un laboratoire expérimental d'informatique quantique, ce qui aidera le physicien et son équipe à continuer leurs travaux.

Propos recueillis par Marie-Eve Cloutier