Selon une étude suédoise, danser contribuerait à combattre l’anxiété et la dépression.

La recherche s’est penchée sur une centaine de filles âgées de 13 à 18 ans qui rapportaient souffrir régulièrement de divers malaises (fatigue, anxiété, dépression, maux de tête, de dos et de ventre).

La moitié de ces jeunes ont suivi des cours de danse deux fois par semaine durant 8 mois, tandis que les autres n’ont pas changé leurs activités.

Résultats: les filles s’étant adonnées à la danse ont vu leur estime de soi et leur capacité à régler les problèmes de la vie quotidienne s’améliorer, mais pas les autres.

Et ces bienfaits ont persisté jusqu’à 8 mois après l’arrêt des cours!

À quand une étude similaire chez les garçons?

- Marie-Claude Ouellet