Être scientifiquement cultivé, ce n'est pas seulement avoir des connaissances sur la science, mais aussi sur la façon de penser en science.

Sophie Malavoy, directrice du Cœur des sciences – UQAM

Depuis des années, je me pose la même question, une question toute simple, toute bête diront certains: à quoi sert la culture scientifique que nous nous efforçons tous de diffuser? Qu’avons-nous vraiment à apporter en tant que communicateurs scientifiques?

Promotion des carrières scientifiques, reddition de compte aux citoyens qui financent les recherches, contribution à augmenter l’acceptabilité de projets scientifiques, information du public pour avoir des citoyens plus éclairés et capables de participer aux grands enjeux de notre temps, ouverture d’un dialogue science citoyen: les réponses sont nombreuses et, surtout, toujours les mêmes. Je ne les rejette pas, mais à vrai dire, elles ne me suffisent pas. Pas totalement.

Je suis d’ailleurs restée sans voix quand un animateur de radio m’a lancé il y a quelques années «Mais à quoi sert de savoir que l’univers a 13,8 milliards d’années?». Pour les astrophysiciens et tous les amateurs curieux de l’origine de notre univers, cette découverte a un sens, une valeur. Mais pour les autres? Pas sûr. Faut-il alors plaider pour l’importance de comprendre le monde qui nous entoure? Notre rôle pourrait-il, en partie, en être un de «réanimateur» d’une curiosité trop vite perdue en vieillissant? De faire partager le plaisir qu’ont les scientifiques à se poser des questions et à tenter d’y répondre? Oui, le plaisir.

Bon, je sais, la science est vaste et ces considérations ne se prêtent pas à bien des sujets que nous devons traiter. Et cela m’amène à un deuxième problème. Depuis quelques mois, je tombe sans arrêt sur des textes parlant du biais de confirmation et du mythe du déficit de connaissances. En deux mots, il ne suffit pas d’informer les gens pour les convaincre ni de les bombarder de faits ou d’arguments rationnels pour ébranler leurs croyances ou leurs préjugés. Leur choix, leurs opinions ne tiennent pas à un déficit de connaissances, mais au fait qu’ils sélectionnent systématiquement les informations qui confortent leurs positions. Fascinant et terriblement vrai. Lors des nombreux débats que nous organisons au Cœur des sciences, j’ai effectivement l’impression qu’au-delà du désir de s’informer, la majorité des gens viennent plus chercher des munitions pour défendre leurs opinions que pour en changer. Notre rôle alors?

Je ne suis vraiment pas une «théoricienne» de la communication scientifique, mais l’une des idées qui me viennent en tête est qu’en dehors de quelques scientifiques amateurs dans des domaines très précis et des quelques excursions que le Cœur des sciences organise sur le terrain, le public n’a pas l’occasion de pratiquer la science. La culture scientifique reste une culture de spectateurs. Or, la richesse à partager ne serait-elle pas, outre les résultats scientifiques, dans le processus pour les acquérir?

Bref, à trop axer la communication scientifique sur les résultats, on a peut-être oublié d’expliquer la démarche employée qui est pourtant la seule garante de leur validité. La science, c’est une façon de penser selon une méthode scientifique bien définie. C’est l’existence du consensus scientifique. C’est le scepticisme organisé qui invite à questionner continuellement les connaissances acceptées.

Une théorie scientifique n’a pas la même valeur qu’une croyance et toutes les recherches soi-disant scientifiques ne se valent pas. Pourtant, la distinction n’est pas toujours claire dans les médias. En médecine, par exemple, il est admis que les études d’observation faites à partir de données sur une population donnée n’ont pas la même portée scientifique (en termes de possibilité de faire des corrélations) que celles réalisées par des essais cliniques comparatifs randomisés. Pourtant, selon une recherche récente de la National Institue of Health, ce sont les études d’observation qui sont le plus reprises par les médias américains. Les communicateurs sont-ils alors un peu (pas totalement, bien sûr) responsables de cette impression qu’ont les gens que toutes les informations se valent?

La culture scientifique servirait-elle aussi à nous doter d’un état d’esprit scientifique pour être capable de remettre en question nos opinions et conceptions du monde, pour questionner sans cesse la validité des propos qui nous influencent? Je sais que cela n’est pas aussi simple et que les scientifiques eux-mêmes ont leurs croyances, leurs préjugés et leur petit côté irrationnel. Le biais de confirmation est solidement ancré et le combattre est une lourde tâche, d’autant que les communicateurs font face à de nombreuses contraintes de temps et d’espace notamment. Cependant, j’ai quand même envie de terminer sur une phrase de Gaston Bachelard (1): «Quand il se présente à la science, l’esprit n’est jamais jeune. Il est même très vieux, car il a l’âge de ses préjugés. Accéder à la science, c’est spirituellement rajeunir.»

(1): Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, texte 11, Vrin, Paris, 1971.

Ne manquez pas de lire les précédents billets de Carnets de culture:

La troisième culture ou C. P. Snow revisité.

Les difficultés actuelles du milieu de la science et de la technologie.