Bœuf, poisson ou canard? Avec ou sans gluten?... Les nourritures industrielles disponibles pour Vador et Gaston se multiplient et offrent une large gamme de choix, et de nombreuses compagnies se partagent le marché! Dans ce billet vous pourrez lire les grandes lignes sur les maladies liées à l’alimentation chez nos animaux, justifiant aussi le bien-fondé d’une telle offre.

L’allergie alimentaire: c’est quoi exactement?

On parle aussi d’«hypersensibilité». C’est une exacerbation d’un mécanisme de l’immunité normalement (lire physiologiquement) protecteur mais qui entraine dans ce cas la démangeaison, le gonflement ou la rougeur. Chez l’homme, l’hypersensibilité de type I est le principal mécanisme en cause dans l’allergie alimentaire. Un allergène est présent, des lymphocytes T et B le reconnaissent et produisent les immunoglobulines E (IgE ou anticorps) qui stimulent la relâche par les mastocytes de molécules responsables des signes de l’allergie. (Oui, oui ces mêmes mastocytes que je décrivais dans un précédent billet!)

Chez le chien et le chat cette hypersensibilité de type I n’est pas le seul mécanisme. Davantage de recherches sont nécessaires pour mieux comprendre, choisir et adapter les traitements.

Comment ça se manifeste chez nos animaux?

L’allergie alimentaire chez nos animaux se manifeste souvent par des signes cutanés. La démangeaison est régulière et indépendante des saisons; des otites, un manque de poils sont aussi des signes fréquents, outre les manifestations digestives. Dans tous les cas, l’avis d’un vétérinaire est essentiel pour trouver la cause de ces signes et proposer un traitement adapté.

Jusqu’à la moitié des cas de problèmes dermatologiques avec une allergie confirmée trouvait une origine alimentaire, selon une étude récente. Ce chiffre est certainement à mettre en parallèle avec une donnée humaine relatant qu’un tiers des chocs anaphylactiques est d’origine alimentaire.

D’autres manifestations de l’allergie alimentaire existent: comportementale, neurologique et même complications par infection de la peau. Elles sont plus ou moins fréquentes. Il est recommandé de consulter votre vétérinaire en cas de doute.

Qui est le plus à risque?

Pas de différence entre mâle et femelle. En revanche, les animaux jeunes ou au contraire âgés sont plus à risque. La prédisposition de races n’est pas évidente même si le labrador est légèrement plus représenté.

À quoi sont-ils allergiques?

L’allergie au poulet, aux produits du blé et du lait, à l’œuf et au bœuf est bien reconnue chez le chien. Chez le chat, ce sont le bœuf, les produits du lait, le poisson et l’agneau. Retenons aussi qu’en soi, tout composé peut être un allergène pour un individu précis.

«Et le gluten alors?» Nous en discuterons dans un prochain billet!

Que faire en cas de (suspicion) d’allergie?

Votre vétérinaire pourrait confirmer l’allergie en proposant un régime d’éviction. L’idée est de stopper le contact avec l’allergène en proposant une nourriture «naïve» composée d’aliments inhabituels. En cas de succès, les signes digestifs et/ou cutanés s’améliorent/disparaissent dans des délais de 2 semaines à 2 mois. En cas de véritable allergie, le retour à l’alimentation initiale signifie le retour de l’allergène et des signes qui l’accompagnent

Allergie ou intolérance?

Ces deux terminologies font partie d’un groupe plus large de maladies: les «réactions alimentaires indésirables» qui existent chez l’homme, le chien et le chat. Dans ce groupe, l’ingestion d’un aliment, normalement tout à fait inoffensif, ou d’un de ces composés, entraîne des effets secondaires digestifs (surtout) comme de la diarrhée ou des vomissements.

L’intolérance alimentaire ne trouve pas ses mécanismes pathologiques dans le système immunitaire.

Y voyez-vous plus clair dans toute cette gamme alimentaire de produits vétérinaires?

Les compagnies de nourriture de gamme vétérinaire répondent à un besoin médical et aussi à la demande des consommateurs qui suit parfois les modes alimentaires et diététiques humaines. Votre vétérinaire saura vous conseiller sur le choix de la meilleure alimentation pour Vador ou Gaston!

Avez-vous des questions? Votre avis m’intéresse!

Par Rémi Froment, Pathologiste Vétérinaire

Principales sources:

1-Carlotti DN. Cutaneous Manifestations of Food Hypersensitivity. Veterinary Allergy. 2014 2-Jackson HA. The pathogenesis of food allergy. Veterinary Allergy. 2014 3-Amin K. The role of mast cells in allergic inflammation. Respir Med. 2012 (illustration)