Semaine du 25 janvier 1999

En manchette cette semaine:
Humains en pot: c'est légal!


Archives des capsules


LE KIOSQUE
Pour être branché sur la science

Notre nouvelle section:

Capsules québécoises


Qui sommes-nous?


Retour à la page d'accueil



La science d'ici et d'ailleurs est une production Agence Science-Presse

Autres capsules cette semaine

15 000 ans d'El Nino

(ASP) - Comme si on n'avait pas assez eu d'un El Nino, voilà que les savants nous proposent les El Nino des 15 000 dernières années!

Et ils ne sont pas aussi omniprésents qu'on l'aurait cru: les sédiments recueillis au fond d'un lac de l'Etat d'Equateur, en Amérique du Sud laissent croire que pendant un très long laps de temps -il y a entre 5000 et 12 000 ans- El Nino fut très faible, peut-être même carrément absent. Les chercheurs, qui publie leur découverte dans Science (résumé de l'article; nécessite une inscription gratuite) ne peuvent s'empêcher d'établir un parallèle entre l'époque où El Nino a recommencé à "vivre" et celui où les premières civilisations ont fleuri autour du Pacifique.

Chose étonnante, ce ne sont même pas des traces d'El Nino que cherchaient le paléoclimatologue américain Ronald Rodbell et ses collègues, mais celles de la fin de la dernière glaciation. Au lieu de cela, les variations étonnantes dans la quantité de sédiments d'une époque à l'autre -qui témoignent de la variation des pluies d'une époque à l'autre- leur ont sauté aux yeux: au cours des 5000 dernières années, le lac a reçu des quantités accrues de précipitations en moyenne tous les 2 à 8 ans -ce qui est précisément la moyenne d'apparition d'El Nino. Si on remonte au-delà de 5000 ans, l'écart s'étire entre quelques décennies et 75 ans.

Combien on parie que les habitants de la région, il y a 5000 ans, se sont soudain mis à parler de la pluie et du beau temps plus souvent?

 

Les Russes veulent garder Mir trois ans de plus!

(ASP) - Le premier ministre russe a signé le 22 janvier un décret pour garder la station Mir en orbite trois années de plus, prenant par surprise ses partenaires internationaux. Les Américains espéraient voir les Russes abandonner carrément Mir cette année, afin de pouvoir consacrer toutes leurs (maigres) ressources à la future station spatiale internationale.

Mir, en orbite depuis maintenant 13 ans, a connu de sérieux problèmes en 1997, mais sembler fonctionner rondement depuis. On sait que les Russes lui sont profondément attachés. Le prochain départ doit avoir lieu le 20 février, alors que les cosmonautes russe Viktor Afanassiev, français Jean-Pierre Heignere et slovaque Ivan Bella, iront rejoindre leurs camarades en orbite là-haut. Le Français et le Slovaque demeureront ensuite à bord jusqu'en août prochain.


La Terra incognita de la physique

(ASP) - Si vous aimiez la chimie à l'école -ou si vous êtes encore à l'école- vous vous rappelez le Tableau périodique des éléments: au-delà de l'élément 94, résidaient une poignée d'autres, créés en laboratoire et observés fugitivement au cours des 50 dernières années. Eh bien voici qu'un 114e élément devra peut-être s'ajouter à ce tableau -et celui-là ouvre du même coup la porte quelque chose de tout à fait inédit: une longue vie.

Plus concrètement, selon ce qui se résume pour l'instant à du courrier électronique échangé entre un groupe restreint mais fort excité de spécialistes regroupés autour de l'Institut conjoint de recherche nucléaire de Dubna, près de Moscou, l'élément 114 -l'élément le plus lourd jamais créé, avec 114 protons- aurait "vécu" 30 secondes avant de se dégrader: une durée de temps énorme, considérant que les autres éléments lourds de cette catégorie, depuis un demi-siècle, n'ont jamais vécu plus de quelques fractions de seconde. Si cette découverte se vérifie, elle confirmera une hypothèse suivant laquelle il existerait, dans les profondeurs du Tableau périodique, au-delà des éléments lourds fort peu stables, un "ilôt de stabilité". Un physicien comme Albert Ghiorso, du Laboratoire national Lawrence de Berkeley (Californie), qui a passé 35 années de sa vie à espérer mettre la main sur un tel élément, qualifie cette annonce "de l'événement le plus excitant de ma vie". On le croit sur parole.


Le virage des revues hyper-spécialisées

(ASP) - Temps difficiles pour les les revues savantes... Internet les met encore plus en compétition qu'avant et augmente leur rayonnement -mais en retour, il leur pose des défis inédits au niveau de l'archivage dans les bibliothèques, en plus de menacer de mort leurs éditions imprimées.

Déjà, signale la revue Nature dans sa dernière édition (nécessite une inscription gratuite), des bibliothèques ont annulé leur abonnement aux versions imprimées de ces revues scientifiques, et s'arrangent plutôt pour rendre accessible aux intéressés la version électronique -pour laquelle déjà, la bibliothèque paie souvent un abonnement. Mine de rien, ce virage, pour une bibliothèque habituée au papier depuis près d'un millier d'années, est révolutionnaire. Mais ça ne s'arrêtera pas là: certains envisagent, dans la foulée d'Internet, jusqu'à la disparition des bibliothèques de recherche -puisque de plus en plus de chercheurs et d'étudiants ont de moins en moins besoin de s'éloigner de leur ordinateur.

Il y a seulement quatre ans, un tel virage aurait été impensable: le nombre de journaux scientifiques distribués en entier sur le Web, gratuitement ou sur abonnement, était trop réduit. Aujourd'hui, le scénario est loin d'être invraisemblable, avec l'arrivée d'éditeurs tel Reed-Elsevier, qui expédie désormais ses 1200 publications en ligne, Springer (360 publications) et Academic Press (174). Aujourd'hui, un journal scientifique sans une version Web est non seulement une anomalie, il est de surcroît, conclut Nature, en danger de mort.

Autres capsules cette semaine

Vous aimez ces capsules? L'Agence Science-Presse en produit des semblables -et des meilleures!- chaque semaine dans Hebdo-science et technologie. Vous voulez vous abonner à Hebdo-Science? Contactez-nous!

 

 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric--Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire