En retard d’une grippe, le journaliste américain Alan Sipress publie un livre sur la grippe aviaire — celle qui, en 2003-2004, fit 250 morts en Asie et créa une véritable hantise face aux oiseaux.

The Fatal Strain se donne pour mission de suivre à la trace cette maladie, du premier garçon décédé à Hong Kong en 1997 jusqu’au décodage du génome du virus en passant par son haut taux de mortalité (60 %) qui mystifia les autorités. À la fois très semblable et très différente de la grippe porcine, la grippe aviaire devint néanmoins à elle seule un chapitre de l’histoire médicale, qui influença grandement la réponse des autorités lorsque surgirent les premiers signes de la grippe porcine.