Forme-t-on adéquatement les scientifiques? En forme-t-on trop? Ce sont les questions que nous posons dans notre émission de cette semaine.

Ces questions ne sont pas originales. Bien des auteurs s’interrogent depuis longtemps sur la façon dont on forme les futurs scientifiques, notamment à l'université. Notre collaborateur Yvan Dutil y était allé d’un titre provocateur dans ce billet paru sur son blogue l’an dernier : Voulons-nous vraiment enseigner les sciences au Québec? Le billet avait du coup généré une belle brochette de commentaires. On en parle avec Yvan Dutil.

Mais que signifierait « bien enseigner les sciences »? Serge Tremblay, directeur général du Comité sectoriel de la main-d'oeuvre en aérospatiale du Québec, appartient à cette mouvance qui trouve qu'universités et entreprises devraient être mieux arrimées, du moins pour la formation des ingénieurs. Ariel Fenster, professeur de chimie à l’Université McGill, jette un regard au-delà de l’université avec ses nombreux efforts de vulgarisation, notamment à travers l’Office for Science and Society. Ecoutez cette discussion dans la deuxième partie de l'émission (13e minute).

Et dans les actualités, on mentionne les élections en Grande-Bretagne, où ça continue de parler (un peu) de science, de Simon Singh, jugé « non-coupable » dans cette poursuite pour libel déclenchée par les chiropraticiens, et d’une lettre de 600 scientifiques français qui, outrés par la désinformation des climato-sceptiques, demandent un débat sur les changements climatiques. S’agit-il de trois exemples qu’on pourrait enseigner aux futurs scientifiques?

+++

Je vote pour la science est une émission hebdomadaire diffusée à Radio Centre-Ville et sur ce site. Croyez-vous que la science devrait se faire entendre au niveau politique? Signez la pétition!