À l’occasion de la campagne électorale fédérale, l’initiative Je vote pour la science, composée de cinq organismes québécois de culture scientifique, a envoyé un questionnaire aux partis politiques afin qu’ils se compromettent sur trois enjeux à caractère scientifique: l'énergie, les aliments et les forêts. Voici les réponses de trois partis à la troisième thématique, la forêt.

THÈME 3: L'AVENIR DU SECTEUR FORESTIER

L’importance des sciences pour la vitalité, voire la survie, des secteurs forestiers canadiens et québécois n’est plus à démontrer. Des communautés entières reposent sur l’industrie forestière et dépendent donc largement des efforts de recherche et d’innovation scientifiques et techniques dans une perspective de développement durable.

Question 1 Le Canada est amené à prendre des engagements environnementaux sur la scène internationale et il participera en 2012 au Sommet de Rio+20. Par ailleurs, un accord historique a été signé en mai 2010 entre les grandes entreprises d’exploitation forestière, l’Association des produits forestiers du Canada et les groupes environnementaux afin de protéger la forêt Boréale. Comment comptez-vous concilier le développement de l’industrie forestière avec le respect des engagements environnementaux du gouvernement du Canada? (NDLA : comme ça, tant les engagements passés que futurs sont pris en compte)

Réponse du Bloc québécois

Le Bloc Québécois propose la mise en place d’une politique globale de soutien et de modernisation de l’industrie forestière comprenant une politique d’utilisation du bois dans les constructions fédérales. Cette proposition permettrait de réduire les émissions de GES en profitant de l’effet de stockage de CO2 dans le bois, tout en réduisant le recours à des substituts plus énergivores, comme le béton ou l’acier. Le Bloc Québécois continuera d’exiger que le gouvernement consacre les fonds nécessaires au développement et au déploiement de l’éthanol cellulosique et de la biomasse, notamment par la bonification et la prolongation des programmes écoÉNERGIE pour les biocarburants et écoÉNERGIE pour le chauffage renouvelable, ce dernier devant désormais inclure l’énergie produite à l’aide de la biomasse (éthanol cellulosique à partir de matière ligneuse résiduelle) au lieu de se limiter à l’énergie solaire.

Réponse du Parti libéral

Dans les sociétés prospères de demain, les niveaux de vie les plus élevés seront atteints grâce à un haut taux de croissance et à un environnement sain. Les économies les plus dynamiques seront les plus propres. « Éconergétiques » et « éco-efficaces » seront synonymes de « compétitifs ».

La mise en œuvre de pratiques forestières durables fait partie des priorités du Parti libéral. L’entente entre l’industrie forestière du Canada et les groups environnementaux démontre que de grandes choses peuvent être accomplies pour notre économie et notre environnement si nous unissons nos efforts.

C’est pour ces raisons que les libéraux s’engagent à mettre en valeur l’économie, l’environnement et nos idées les plus brillantes en vue de créer des emplois et de ramener la prospérité. Ce plan prévoit notamment le plus gros investissement jamais fait dans l’énergie propre et renouvelable, ainsi que dans l’efficacité énergétique.

De plus, un gouvernement libéral s’alliera aux provinces, aux territoires, aux Premières nations et aux groupes voués à la conservation pour protéger davantage d’aires naturelles intactes du Canada. Cet effort mettra l’accent sur l’interconnexion des parcs nationaux et provinciaux afin de permettre aux espèces de se déplacer d’une zone protégée à une autre en passant par les éco-corridors protégés. Un maillon essentiel en est la forêt boréale canadienne : l’une des plus grandes étendues sauvages intactes au monde. Nous prendrons des mesures en vue de protéger la forêt boréale et permettre au Québec et à l’Ontario d’atteindre leur objectif de protéger 50 pour cent de la forêt boréale.

Réponse du Parti vert

Le Parti vert du Canada a l’intention d’appuyer l’objectif de la Convention pour la conservation de la forêt boréale finalisée en 2010 entre certaines grandes sociétés forestières, des Premières nations et des groupes écologiques, qui consiste à protéger au moins la moitié des forêts boréales canadiennes à l’intérieur d’un large réseau d’aires protégées interconnectées et à instituer des pratiques de pointe en matière de gestion et d’intendance axées sur les écosystèmes dans les écopaysages restants.

Par ailleurs, il est intéressant de noter qu’un cas de réussite peu connu au Canada est le fait que le secteur des produits forestiers a atteint son objectif de Kyoto. En fait, il a atteint son objectif sept fois plutôt qu’une, principalement en réduisant de manière drastique son utilisation des combustibles fossiles dans les chantiers de conversions et en générant sa propre énergie à partir des déchets ligneux. Un gouvernement vert appuiera sa demande de crédit. Entre temps, toutes les sociétés forestières devront payer une redevance sur les émissions carboniques correspondant à la perte nette de la capacité de séquestration de carbone sur leurs terres; à l'inverse, elles profiteront d’un dégrèvement fiscal pour réduction des émissions carboniques, correspondant au gain net de puits de carbone. Ces déterminations seront effectuées à l’issuedune vérification quinquennale indépendante.

Question 2. L’économie forestière est en pleine mutation : l’industrie des pâtes et papiers éprouve de grandes difficultés, la concurrence s’intensifie dans le secteur du meuble et de nouveaux marchés de niche se développent, comme les fibres de nano-cellulose ou l’éco-construction. Quelles sont les priorités de votre parti en termes d’investissement en recherche et développement dans le secteur forestier (productivité, produits à valeur ajoutée, gestion des ressources, conversion vers les bioproduits, etc.) ?

Bloc québécois

Le Bloc Québécois propose un important plan d’investissement dans la recherche et développement, basé principalement sur un crédit d’impôt à la recherche scientifique et au développement remboursable et payable sur une base trimestrielle ainsi que la mise en place, la bonification et l’élargissement à tous les secteurs innovants d’un programme inspiré de Partenariat technologique Canada. Ce programme est destiné au développement des technologies de pointe et permettra à l’industrie forestière de bénéficier d’une aide importante afin de répondre à ses besoins en termes d’innovations.

Parti libéral

Veuillez voir la réponse de la question 3.

Parti vert

Le Parti vert du Canada est d’avis que nous pouvons tirer de nos forêts de meilleurs avantages économiques, environnementaux et sociaux. Un gouvernement vert, en partenariat avec les provinces et des territoires de compétence principale, exigera que toutes les forêts du Canada soient gérées de façon durable et certifiées dans le cadre de l’Accord canadien sur les forêts.

Le Canada coupe environ un million d’hectares de forêts par année. Notre pays doit améliorer ses méthodes d’exploitation forestière et s'imposer comme chef de file mondial en matière de gestion durable de cette ressource aux possibilités de renouvellement infinies. Nous devons extraire une plus grande valeur économique de chaque arbre coupé et prendre des mesures immédiates pour éliminer peu à peu les exportations de bois brut.

Par ailleurs, il est à noter que les députés du Parti vert du Canada renégocieront les accords commerciaux pour que le Canada ait le pouvoir de favoriser la fabrication canadienne de produits ligneux à valeur ajoutée en freinant les exportations de bois brut avec une importante « taxe sur l’exportation de grumes entières ».

Question 3. Les communautés vivant des ressources forestières sont les premières touchées par les difficultés de cette industrie : de quelle façon comptez-vous impliquer ces communautés dans la recherche de solution aux défis du secteur forestier ? Quelles sont les mesures que vous entendez-prendre pour accélérer le transfert des nouvelles connaissances technologiques et scientifiques auprès des travailleurs de cette industrie ?

Bloc québécois

Sous les libéraux, il existait un programme de diversification économique dédié spécifiquement aux régions forestières. Or, ses critères étaient tellement mal adaptés à la réalité de ces régions que les sommes n’étaient jamais dépensées. Dans un geste absolument incompréhensible, en pleine crise forestière, les conservateurs ont préféré abolir le programme au lieu de l’adapter à la réalité.

Le Bloc Québécois demande que soit remis en place un programme de soutien à la diversification des économies régionales frappées par la crise forestière, bonifié d’une enveloppe supplémentaire destinée aux boisés privés.

Le Bloc Québécois propose de mettre en place un programme de diversification économique dédié spécifiquement aux régions forestières.

Parti libéral

Le secteur forestier canadien, qui représente 80 milliards de dollars en revenus par an et emploie 50 000 Canadiens, est confronté à de sérieux défis et de nombreux emplois sont perdus.

Le secteur forestier est essentiel à la compétitivité économique du Canada, et le gouvernement a un rôle à jouer pour aider ce secteur industriel à émerger plus fort et plus novateur que jamais du défi économique mondial actuel.

Un gouvernement libéral croit au partenariat et travaillera avec le secteur forestier canadien et les travailleurs de l’industrie forestière à l’élaboration d’un plan en vue de transformer ce secteur pour le faire prospérer dans l’économie mondialisée.

L’industrie forestière est une composante vitale du secteur des ressources propres, un des secteurs champions canadiens avec lequel les libéraux établiront des partenariats afin de stimuler la compétitivité du Canada. Cela implique un investissement de 175 millions de dollars par an pour créer les emplois de demain.

La plate-forme libérale investira dans les crédits d’impôt, la recherche, l’apprentissage des compétences et l’innovation, dans ces trois secteurs. Compte tenu du rôle central du secteur forestier dans les ressources propres et de son potentiel dans les biosciences, le secteur forestier constituera une part importante de notre plan.

Parti vert

Nous avons l’intention de travailler en collaboration avec les communautés touchées par les difficultés de l’industrie forestière tout en respectant les meilleures pratiques de l’industrie.