Autre action

Actualité

Journaliste environnemental: neutre ou militant?

Je vote pour la science, le 15 mars 2016, 16h12

(Agence Science-Presse) À partir de quel moment devient-on davantage le militant d’une cause? En particulier, qu’en est-il lorsqu’on parle d’environnement ? C’est le sujet de notre émission cette semaine.

Journaliste environnemental: neutre ou militant?
Cliquer sur la photo pour agrandir
Journaliste environnemental: neutre ou militant?

- Bill McKibben a écrit dès 1989 un livre qui continue d’être cité comme un modèle: The End of Nature. C’est le premier ouvrage de vulgarisation sur les changements climatiques.

- On lui doit aussi, entre autres ouvrages récents, Eaarth (2010), sur les transformations irrémédiables auxquelles a déjà été soumise notre planète.

- Reporterre, le quotidien de l’écologie, se définit comme « impartial et non partisan », de même qu’en « empathie avec les mouvements écologiste, altermondialiste, et alternatif... Sa vision de la situation présente de la planète est que la crise écologique en est le problème fondamental ». Il a été fondé en 1989 par Hervé Kempf, et relancé en 2007.

- Hervé Kempf, «Adieu Le Monde, vive Reporterre», 2 septembre 2013.

- On doit aussi à Hervé Kempf, entre autres ouvrages récents, Comment les riches détruisent la planète (2007).

- Marc-François Bernier a publié l’an dernier le livre Foglia l’insolent, sur le journaliste Pierre Foglia de La Presse, qualifié dans ce livre de «journaliste québécois le plus marquant des 50 dernières années». Et un journaliste qui, justement, jonglait à la frontière du journaliste-pur-et-dur et du donneur d’opinions.

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

Sans aller jusqu’à couper les cheveux en quatre autour de la notion d’objectivité —un terme que réfutent depuis longtemps la plupart des journalistes— il reste qu’on s’entend au moins pour dire que le journaliste doit être le plus neutre possible dans sa façon de traiter les événements, et le plus transparent possible quant à ses affiliations.

Or, la façon de couvrir les questions environnementales pose un problème intéressant. Des deux côtés de l’Atlantique ces dernières années, deux vedettes du domaine ont jonglé avec ce que certains —mais pas eux— ont appelé du militantisme.

  • Le Français Hervé Kempf. Il a été journaliste scientifique et environnemental depuis les années 1980, dont 15 ans au journal Le Monde, qu’il a quitté en 2013 après une dispute sur la couverture d’un enjeu environnemental, un projet d’aéroport international à Notre-Dame-des-Landes, dans l’ouest de la France. Hervé Kempf est alors revenu à ses premières amours, le magazine Reporterre, dont il est le rédacteur en chef. Le magazine s’inscrit dans une tradition de journalisme plus militant, plus engagé.
  • L’Américain Bill McKibben. Il a été journaliste environnemental, lui aussi depuis les années 1980, pour divers journaux et magazines. Il a écrit des livres. Plus récemment, il s’est mis à consacrer de plus en plus de temps au militantisme, jusqu’à fonder en 2006 l’organisme 350.org, qui s’est taillé une place importante dans les débats sur le pétrole. McKibben s’est par exemple fait arrêter devant la Maison-Blanche lors d’une manif contre le pipeline Keystone; il a récemment endossé Bernie Sanders comme candidat à la présidence. Et lorsque sa signature apparaît dans des magazines, c’est plutôt pour des textes d’opinion, comme son appel en 2014 à une action majeure sur le climat, qui est devenue la grande marche de New York, de septembre 2014.

On pourrait donc croire que Bill McKibben lui-même considère aujourd’hui avoir franchi la «ligne» entre le journaliste et le militant. Surprise, lorsque Pascal lui a posé la question, il a rétorqué qu’au contraire, il se considère encore journaliste lorsqu’il écrit dans un magazine —et un activiste le reste du temps.

Avec eux deux, on aborde aussi la question de la campagne Keep it in the Ground, du quotidien britannique The Guardian (campagne dont on doit en partie l’initiative à l’influence qu’a eu Bill McKibben sur le rédacteur en chef du Guardian): une campagne de presse lancée en mars 2015, contre l’exploitation de pétrole. Le type de campagne de presse qui ne pourrait jamais se produire ni aux États-Unis ni en France —en raison de la tradition de «neutralité» des journaux américains, croit McKibben, et en raison des puissants intérêts financiers qui contrôlent les journaux français, croit Kempf.

Que conseilleraient-ils d’enseigner aux jeunes journalistes? Qu’en est-il des petits médias, si les grands ne veulent pas ou ne peuvent pas «embarquer» dans une couverture adéquate de la cause environnementale?

Et que pense de ces questions un spécialiste en éthique journalistique, Marc-François Bernier? Avec la multiplication des médias en ligne et des outils pour donner son opinion, la question d’une ligne étanche entre le journaliste «neutre» et le journaliste «d’opinion» est-elle caduque? Comment voit-il l’avenir ?

Nos invités:

Écoutez l’émission en cliquant sur le lien ci-contre (à gauche) ou en vous abonnant sur iTunes.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.