Un pseudo-documentaire antivaccination produit par nul autre que l’ex-médecin britannique Andrew Wakefield est présenté cette semaine au Festival de Cannes.

Vaxxed n’en est d’ailleurs pas à sa première tentative : programmé l’an dernier au Festival Tribeca de New York, il avait été retiré de l’horaire devant les protestations des médecins… et des documentaristes : inclure ce film dans la section « documentaires » d’un festival « menace la crédibilité des autres cinéastes dans votre section », avait notamment protesté la cinéaste américaine Penny Lane.

C’est discrètement qu’il a droit à une projection privée au festival de Cannes, en-dehors du programme officiel, mais assez pour que son distributeur puisse ajouter ce festival à sa promotion. Selon le Hollywood Reporter, le film est censé sortir en salles plus tard cette année en Allemagne, en Italie, en Pologne et en Chine.

Wakefield n’a pas seulement prétendu avoir trouvé un lien entre vaccin et autisme en 1998. Il a frauduleusement choisi ses cobayes, trafiqué ses données et fait la promotion d’un traitement alternatif. En 2010, il a perdu son permis de pratiquer la médecine pour fraude. En 2016, on le retrouvait sur une croisière consacrée aux théories du complot, au milieu de promoteurs de l’alchimie, des extraterrestres et des chemtrails.