- Pose? - Ja. (- Sac? - Oui.) Voilà à quoi se réduit souvent la conversation dans les épiceries norvégiennes entre le client et la caissière, ou le caissier. D'ailleurs, "pose" – prononcer "pou-se" - est l'un des premiers mots norvégiens que j'ai appris, j'avais d'abord cru que c'était une manière un peu sèche de dire "merci" ou "aurevoir"...

Non, c'est une manière un peu sèche de demander : Veux-tu un sac?

Dans l'affirmative, une demi couronne est ajoutée à la facture.

Mais là, je suis prêt à gager ma tuque du Rosenborg fotbal klubb que d’ici un an, à cause des Italiens, les sacs de plastique auront disparus des épiceries norvégiennes et de toute la surface nationale.

Et pourquoi à cause des Italiens?

C'était au bulletin de nouvelles l'autre soir : l'Italie vient d'interdire les sacs de plastique. Il y avait des images d'Italiens résignés qui allaient à l’épicerie avec des sacs de toile.

J'ai dit à ma blonde : Regarde bien, on va se dépêcher de faire un règlement semblable ici. Les Norvégiens vont voir ça et ne supporteront pas l’idée qu’on fasse mieux ailleurs.

Surtout pas s'il est question de morale environnementale. Surtout pas des Italiens! Le pays des Berlusconi...

- Tu exagères toujours, a répondu mon amour.

Pas juste moi alors. C’est mon ami Geir qui me disait l’autre jour: même si on n’est pas dans l’Union Européenne, dès que celle-ci impose un nouveau standard, qu’il s’agisse de la sécurité des jouets pour enfants ou de la courbure acceptable des concombres, nous, en Norvège, on se presse de s’y conformer et même de revoir à la hausse l’application des nouveaux standards.

Bref, la Norvège est ainsi : perfectionniste à mort, et un peu orgueilleuse. Souvent je me dis qu’une telle attitude ne ferait pas de mal au Québec, mais c’est un autre débat.

L'ennui avec l’interdiction appréhendée des sacs en plastique, c'est que je me demande de quoi je vais parler avec la caissière de mon Rema 1000. J'envisage avec tristesse un grand silence ponctué des bip-bips du lecteur de code-barres.

Le lendemain de la diffusion de ce reportage télé sur l'interdiction des sacs en Italie, une amie norvégienne a mis en lien la nouvelle sur sa page Facebook en ajoutant ce commentaire: "Si les Italiens peuvent le faire..."

Ah! J'exagère?