Publicité

Autre action

Blogue

Actualité en microbiologie

Découverte de gonorrhée résistante aux antibiotiques au Canada

Les autorités de la Santé publique ontariennes craignent qu'une souche de gonorrhée résistante aux antibiotiques ne se propage au Canada.

Condom
Cliquer sur la photo pour agrandir
Condom

La propagation de la gonorrhée est difficile à freiner, parce qu'un individu peut en être infecté sans montrer de symptômes. La maladie peut mener à l'infertilité, en plus de causer la cécité chez le poupon d'une mère infectée. Pour plus de détail sur cette ITS.

masexualite.ca est un site de référence sur l'éducation sexuelle s'adressant aux jeunes, aux parents, aux enseignants et aux professionnels de la santé.

Lors de l'Interscience Conference on Antimicrobial Agents and Chemotherapy (une des plus importantes conférences mondiales traitant des maladies infectieuses) qui a eu lieu à Chicago au début de la semaine, des microbiologistes de l’Ontario ont présenté une étude inquiétante qui révèle que 11 % des cas de gonorrhée répertoriés dans cette province sont causés par une souche résistante à plusieurs antibiotiques.

La microbiologiste médicale Vanessa Allen de la Santé publique ontarienne, précise que la plupart des cas sont concentrés dans la région de Toronto, mais que le problème se présente aussi ailleurs dans la province. La Dre Allen nous met également en garde contre le risque imminent que nous courons de ne plus avoir d’antibiotique efficace pour traiter la gonorrhée.

Cette nouvelle fait échos à ce qui a été présenté cet été à Québec, lors du 19e congrès de l’International Society for Sexually Transmitted Disease Research. À ce moment, une équipe de recherche internationale a présenté une souche japonaise de gonorrhée résistante à tous les antibiotiques actuellement disponibles.

Selon la Dre Allen, les gouvernements doivent repenser leur façon de lutter contre les infections transmissibles sexuellement, avant que le problème s’aggrave davantage. C’est d’ailleurs ce que préconise aussi le Dr Michel Alary du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec, qui est d'avis que le Québec devrait revenir aux cours d'éducation sexuelle dans les écoles devant la recrudescence des cas d’ITS.

Devant ce constat, il est important de rappeler que l’utilisation du condom est un moyen facile et efficace de ce protéger des ITS et qu’il devrait être employé jusqu'au moment où l’on se retrouve dans une relation stable, et que le dépistage des deux partenaires est négatif. Dans le doute, il n’y a pas de chance à prendre. C’est votre santé qui en dépend!

______

Patrick D. Paquette, microbiologiste, RMCCM
Consultant en prévention des infections

Suivez-moi sur Twitter: @patdpaquette │ Courriel: patrick.d.paquette1@gmail.com