Selon une étude récente, le bâillement servirait à abaisser la température du cerveau.

Chronique du 13 janvier sur CIBL.

Pour le démontrer, Andrew Gallup a établi une corrélation entre la durée du bâillement, le poids du cerveau et le nombre de neurones corticaux. Sa source : les multiples vidéos YouTube montrant des animaux en pleine séance de décrochage de mâchoire.

Pour écouter la chronique, c'est par ici.

 

Ce billet a d'abord été publié sur britesciences.com.