Semaine du 9 novembre 98

En manchettes la semaine dernière:
Téléportation, M. Scott!

A lire également cette semaine:
Qui surveille la nature?

Tempête de météorites ou pluie de rumeurs?

E.T. n'a pas téléphoné

La pollution nuit au sexe

La mort du rat de laboratoire

Et plus encore...


Archives des manchettes


LE KIOSQUE
Pour être branché sur la science

Notre nouvelle section:

Capsules québécoises


Qui sommes-nous?


Retour à la page d'accueil


En manchettes sur le Net est une production Agence Science-Presse


Humains en pot


Lorsqu'en fin d'année, les magazines spécialisés feront part de leurs choix pour les "découvertes de l'année" celle-ci figurera en bonne place. En fait, elle pourrait même se mériter le titre de découverte de la décennie. Elle contient le germe de toutes les peurs nées avec la brebis Dolly. A la différence que, cette fois, ces peurs sont beaucoup plus réalistes.

 

Les médias des quatre coins du monde l'ont rapporté en fin de semaine, et ont trouvé l'expression juste: deux équipes ont découvert le moyen de faire pousser un humain en laboratoire. Enfin, une partie d'humain. Ou des parties. Qui, en s'additionnant, qui sait...

L'innovation réside dans ce qu'on appelle les cellules souches (stem cells), ou cellules embryonnaires souches, qui sont les mères de toutes les cellules de notre corps. Présentes aux premières heures de l'embryon, elles sont à l'origine des cellules spécialisées qui apparaîtront par la suite (cellules sanguines, osseuses, cellules des différents organes, etc.). On dit d'elles qu'elles sont "totipotentes", ce qui signifie qu'elles ne sont pas encore spécialisées -donc, qu'elles peuvent devenir n'importe quoi. En d'autres termes, elles constituent la "matière première" pour "fabriquer" n'importe quel organe -ou pour réparer n'importe quel.

A condition, évidemment, d'arriver à les convaincre de se multiplier en laboratoire. Tel était le défi, et il était de taille, puisqu'il a fallu pour en arriver là 17 ans aux deux équipes de scientifiques qui publient dans la dernière édition des revues Science (celle du Dr James Thomson, qui est arrivée la première au fil d'arrivée) et Journal of the Proceedings of the National Academy of Science. Et ils ont accompli cet exploit avec deux méthodes distinctes -lesquelles, comme ils en sont pleinement conscients, pourraient révolutionner la médecine.

Car le potentiel est immense, lit-on dans un commentaire du biologiste John Gearhart -l'autre découvreur- publié par Science: ces cellules pourraient en théorie servir à produire une banque illimitée de tissus pour des transplantations. Elles pourraient également servir à expérimenter à moindre coût des médicaments destinés à traiter un organe spécifique -une manne pour l'industrie pharmaceutique.

Enfin, énumère dans Science le Dr James Thomson, ces "cellules souches" pourraient servir à traiter des grands brûlés, des victimes d'accidents dont la colonne vertébrale a été rompue, des malades atteints de Parkinson ou d'Alzheimer, voire de diabète: tous des cas où la régénération de cellules, ou le remplacement de cellules mortes par des cellules en pleine santé (pensons aux cellules de la peau chez des grands brûlés, ou à celles du cerveau dans le cas de l'Alzheimer), transformerait radicalement l'état de santé du patient. Bref, les possibilités en santé publique sont "sans limites", déclare James Thomson, de l'Université du Wisconsin. "Ces cellules souches peuvent potentiellement donner naissance à n'importe quoi, et ne mourront jamais."

Mais tout cela, c'est le volet "honorable" de l'affaire, contestent les éthiciens. Car dans les faits, pour en arriver à faire se multiplier ces cellules, il en faut, de ces cellules. Et où les prend-on? Eh bien, sur des embryons. D'où un problème éthique majeur, souligne Libération: "peut-on utiliser un embryon humain à des fins expérimentales ou médicales?"

Et le problème éthique ne s'arrête pas là. Ces "usines à cellules" pourraient, on l'a dit, servir à des transplantations; le risque de rejet pourrait en théorie être éliminé par des manipulations génétiques, mais si ces manipulations s'avéraient trop hasardeuses, il resterait une alternative plus simple: le clonage. En effet, en associant les deux techniques, celle de la culture des cellules souches avec celle du clonage, on éliminerait les risques de rejet lors d'une transplantation d'organe. Le biologiste Gearhart l'envisage dans son commentaire. Ce qui fait dire à Libération que du coup, on vient, mine de rien, d'assurer au clonage humain un avenir "médicalement correct".

Et des scientifiques voyaient venir cela d'assez loin pour s'y être préparés: il y a quatre ans, aux Etats-Unis, un comité sur la recherche sur les embryons humains avait déposé un rapport au National Institutes of Health (NIH), concluant que les recherches utilisant des cellules souches étaient acceptables, tant que des embryons n'étaient pas créés spécifiquement à cette fin.

A l'heure actuelle, rappelle Science dans un article qu'elle consacre spécialement -un fait rare- aux aspects légaux de la chose, la loi américaine interdit l'usage de fonds publics pour des recherches "sur des tissus dérivés d'embryons humains". Ce qui, on suppose -mais cela reste sujet à interprétation- éliminerait les recherches sur ces cellules souches. Mais la loi ne dit rien des fonds provenant de compagnies privées... Et on ne peut s'empêcher de noter cette partie du reportage du réseau ABC, où le président de la compagnie de biotechnologie californienne Geron Corp. -qui a financé en partie les deux recherches, en plus de se réserver les droits exclusifs sur l'exploitation commerciale des travaux du Dr James Thomson- associe la (peut-être) future industrie des cellules souches à une industrie de l'ordre du milliard de dollars: chaque année, plus de 100 000 Américains meurent à cause du mauvais fonctionnement d'un organe ou d'une perte de tissus; 10 millions subissent une chirurgie pour un de ces problèmes. Les coûts dépassent le milliard.

Des "cultures de cellules souches" pourraient en conséquence -c'est le rêve ultime- pallier à tout cela, en fabriquant littéralement sur demande des organes ou des tissus humains.

Ce n'est pas pour tout de suite. Mais c'est beaucoup plus près qu'on ne l'aurait cru. Selon John Gearhart, de l'Université John Hopkins, l'utilisation pratique de cette technique à une grande échelle est à cinq, peut-être dix années, dans le futur.

Demain matin, quoi.



 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric--Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire