On a découvert des maladies de rats, à New York, jusqu’ici inconnues de la science: un titre qui n’est guère réjouissant.

Quand on parle de découvrir de nouvelles espèces, on pense généralement à des biologistes qui s’en vont en Amazonie ou au fond des océans. La découverte chez 133 rats de New York de 18 virus jusque-là inconnus a donc pris par surprise les experts en santé publique, considérant combien les animaux qui nous côtoient, et les rats en particulier, sont associés depuis des siècles à des maladies chez les humains.

Pourtant, cette annonce, publiée dans la revue mBio le 14 octobre, a aussi été l’occasion pour les chercheurs de mettre un bémol: l’étude génétique des pathogènes animaux reste un territoire largement inexploré, puisque ces dernières années, la génétique a plutôt visé en priorité «nos» microbes. Or, plus on se penchera sur les animaux qui partagent la ville avec nous —pas juste les chiens et les chats— et plus on risque d’avoir d’autres surprises. En attendant, ne paniquez pas si vous croisez un rat new-yorkais —ou bien de chez vous.