Pour fonctionner, avons-nous besoin d’un cerveau ? Nous, les humains, oui. Mais certaines créatures sans cerveau s’en tirent très bien.

Les étoiles de mer, les méduses et les escargots n’en ont pas, et les expériences des dernières années ont pourtant fait la preuve qu’ils sont capables d’apprendre. Il est vrai, toutefois, que ces bestioles ont des neurones, et ce sont les neurones qui encodent les informations. Que se passe-t-il alors chez les créatures qui n’ont même pas de neurones ?

On croyait la cause entendue, mais des biologistes sont en train de réécrire un chapitre du livre de la vie. Par exemple, ce que les anglais appellent « slime mold » ou, beaucoup plus poétiquement en anglais et en français, le blob : c’est un amalgame de micro-organismes se comportant comme un organisme unique pouvant mesurer jusqu’à quelques mètres de large. Des biologistes qui ont testé ses comportements en laboratoire, comme la Française Audrey Dussutour, admettent à présent qu’il est capable d’apprendre, bien qu’on soit incapable de pointer la façon dont l’information est « enregistrée » chez cet étrange être vivant.

Une façon de répondre à cette question pourrait être par la génétique, en vérifiant si un changement de comportement s’est traduit par un changement dans les gènes. Même des informaticiens sont intrigués : pourrait-on y découvrir une façon inédite de concevoir des machines capables d’apprendre ?

(source: New Scientist)