Il n’y a pas que les vedettes du cinéma ou de la chanson qui se font adeptes de pseudosciences et autres traitements douteux pour améliorer notre santé. Le dernier en lice est une des plus grandes vedettes… du Super Bowl.

Tom Brady, quart-arrière des Patriotes de la Nouvelle-Angleterre, est aussi le signataire d’un livre intitulé The TB12 Method : 12 principes pour « une performance de pointe », incluant des exercices, des massages, mais aussi un régime alimentaire très sévère. Une alimentation qui, affirme Brady, doit être « anti-inflammatoire » et « alcalinisante » — c’est-à-dire abaisser le niveau d’acidité de notre corps. Ce dernier point est un noble objectif sauf que, résume la journaliste Julia Belluz, « vos poumons et vos reins font déjà ça ». L’équilibre de ce que l’on appelle le pH relève en effet des mécanismes qui nous maintiennent en vie — au même titre que la température de notre corps — et ce qu’on mange a très peu d’impact. « Même si vous mangiez beaucoup de bicarbonate de soude, vous ne changeriez pas beaucoup votre niveau de pH », résume un chercheur de la clinique Mayo, Michael Joyner.

Viser une alimentation « anti-inflammatoire » n’a pas beaucoup de sens non plus, en tout cas pas dans une logique d’amélioration de la performance sportive. Certaines personnes souffrent certes d’inflammation chronique, mais il s’agit d’un problème médical bien identifié, et non de quelque chose qui serait généralisé dans la population.

Cela étant dit, une partie du régime alimentaire suivi par Brady ferait l’unanimité chez les nutritionnistes : réduire le sucre, l’alcool et la malbouffe tout en augmentant les rations de fruits et légumes. C’est toujours une bonne chose... que vous soyez une vedette du Super Bowl ou un sportif de salon !