La souris est notre co-locataire depuis au moins 15 000 ans, selon des fouilles archéologiques menées au Moyen-Orient. Soit quelques milliers d’années avant l’agriculture, que l’on a longtemps associée aux débuts de cette cohabitation.

Si les rongeurs n’étaient pas attirés par nos réserves de graines, qu’est-ce qui a pu les intéresser chez les humains, aussi tôt dans l’histoire ? C’est mal poser la question, selon les auteurs de la nouvelle recherche parue dans la revue PNAS. Une présence de « souris domestiques » dès cette époque serait justement la preuve — longtemps attendue par les historiens — que la transition vers le mode de vie plus stable d’agriculteur avait déjà commencé, il y a 15 000 ans : autrement dit, commençaient déjà à apparaître des espaces dévolus à l’entreposage de graines et de nourriture, qui sont la source d’attraction de tout rongeur qui se respecte. Les premières réactions à cette étude suggèrent qu’archéologues et anthropologues vont se mettre à réanalyser des sites connus, à la recherche d’ossements de souris, qui pourraient être les meilleurs indicateurs de la progression de l’agriculture il y a 10 à 15 000 ans.