De nombreux observateurs en ont témoigné au fil des siècles, l’ours semble danser : à l’occasion, ses pattes glissent et tournent sur le sol à un rythme irrégulier. Tantôt appelée aux États-Unis « la marche du cowboy », cette « danse » a même inspiré des chansons. La solution du mystère serait dans l’odeur qu’il rencontre.

Il se trouve que les extrémités des pattes de l’ours contiennent des glandes qui émettent de la sueur. Lorsque l’ours marche dans les pas d’un autre, il peut donc sentir cette odeur, et ses mouvements étranges ont soit pour but de laisser sa propre odeur dans le sentier, soit de masquer celle du congénère, écrivent la biologiste polonaise Agnieszka Sergiel et ses collègues, dans la revue Scientific Reports. Les chercheurs ont identifié 26 odeurs, dont six uniques aux mâles. En somme, la danse de l’ours est l’équivalent, en plus esthétique, du chien qui lève la patte sur un poteau…