En cette époque où on invite à jeter des ponts entre science et société, ça n’arrive pas souvent qu’un scientifique fasse parler de lui parce qu’il se retrouve au milieu d’un scandale de paradis fiscaux.

Dans l’énorme masse de documents révélés depuis dimanche sous le nom de « Paradise Papers » par un consortium international de journalistes d’enquête, se trouve le nom du milliardaire russe Youri Milner. L’enquête révèle des accointances suspectes entre ses centaines de millions de dollars investis dans la Silicon Valley, notamment chez Facebook, et des fonds d’une banque russe contrôlée par Moscou, ainsi que des fonds de la compagnie d’État Gazprom. Ces fonds ont fructifié en transitant par divers paradis fiscaux. Or, Youri Milner, c’est aussi celui qui s’est fait connaître du grand public en 2016 en annonçant un investissement personnel de 100 millions dans un projet de sondes spatiales qui seraient envoyées vers l’étoile Alpha du Centaure, notre plus proche voisine. Le projet nécessiterait au moins 5 milliards pour devenir réalité. Milner, 55 ans, qui a étudié la physique théorique avant de se tourner vers la finance dans les années 1990, a aussi fondé en 2013 les Prix Breakthrough — les récompenses les plus lucratives du monde scientifique — et en 2015 les Initiatives Breakthrough qui financent un programme de 10 ans de recherche de signaux extraterrestres.