Le bitcoin consommerait à présent 2,55 gigawatts d’électricité, et au rythme où se poursuit sa croissance, il devrait bientôt rattraper et dépasser… l’Irlande.

Bien que le bitcoin soit une monnaie virtuelle, il faut beaucoup d’électricité pour nourrir les armées d’ordinateurs nécessaires à calculer chaque nouvelle transaction : des calculs complexes censés garantir la sécurité du bitcoin, mais qui deviennent de plus en plus complexes avec chaque nouvel acheteur. À la mi-mars, cela représentait 26 quintillions d’opérations à la seconde. Partant de là, l’économiste Alex de Vries a tenté de calculer ce que cela signifie en énergie : non seulement son total de 2,55 gigawatts est-il présenté comme « conservateur », mais au rythme où vont les choses, écrit-il dans la revue Joule, on devrait dépasser les 7,5 gigawatts avant le début de 2019. Ce qui mettrait le bitcoin au niveau de la consommation électrique de l’Autriche. Le total de ce que cela représente par rapport à la consommation mondiale d’énergie est impossible à faire — une bonne partie de la planète voit sa consommation d’énergie continuer d’augmenter, par exemple —, mais l’estimation la plus pessimiste vient du magazine environnemental Grist, qui évalue que cela représenterait environ 1,8 % de l’électricité mondiale, davantage que ce que tous les panneaux solaires du monde produisent en ce moment. « Ceci, dans les faits, effacerait des décennies de progrès en énergies renouvelables. »

Le bon côté de la chose, c’est que cette croissance ne sera pas infinie. Arrivera un moment où, en théorie, le simple coût pour « produire » une pièce de bitcoin pourrait être plus élevé que la valeur de cette pièce elle-même.