Semaine du 9 mars 98

 

En manchettes la semaine dernière:
La fourmi et la supernova

A lire également cette semaine:
L'étoffe du héros... mâle

Dis-moi où tu vis, Cheetah, et je te dirai qui tu es

Quand la science sert à faire la paix


Archives des manchettes


LE KIOSQUE
Pour savoir quoi lire en science cette semaine

Notre section spéciale:

La Quête des origines


Qui sommes-nous?



Retour à la page d'accueil



Publicité


En manchettes sur le Net est une production Agence Science-Presse

 

Que d'eau! Que d'eau!

 

Ainsi donc, Tintin avait raison: il y a de la glace sur la Lune. Et non contente de nous annoncer cela, la Nasa avait une autre grande nouvelle la semaine dernière: il y a peut-être de l'eau sur une autre lune. Une lune appelée Europe, qui tourne autour de Jupiter.

De la glace ici, de la glace là-bas. De l'eau. De l'eau, partout. Vous saisissez de ce que cela signifie?


Les médias de la planète avaient à peine fini de se passionner pour l'annonce, faite lundi le 2 mars, selon laquelle Europe, cette mystérieuse lune de Jupiter, abrite vraisemblablement un océan sous sa couche de glace, qu'un coup de tonnerre arrivait de la Lune: la sonde Lunar Prospector, lancée en janvier, confirmait ce que l'analyse des données d'une autre sonde, Clémentine, avait révélé l'an dernier à une humanité stupéfaite: il y a de la glace sur la Lune.

Les données sont qualifiées d'"irréfutables": des poches de glace, sous la forme de lacs disent les uns, sous la forme de permafrost disent les autres -cette dernière hypothèse semble plus solide- totalisant au moins 11 millions de tonnes. Plus qu'il n'en faut pour permettre l'existence d'une base lunaire permanente, ou servir, par décomposition de l'hydrogène et de l'oxygène, de carburant pour les génératrices, ou les fusées en partance pour les planètes.

Un individu typique consomme 100 gallons d'eau par jour pour sa consommation, la cuisine et l'hygiène, selon une estimation de la Nasa. A ce rythme, 11 millions de tonnes d'eau pourraient donc alimenter une communauté de 1000 personnes pendant au moins un siècle -et on ne calcule même pas le recyclage.

"Nous sommes certains qu'il y a de l'eau là-bas", a déclaré jeudi, 5 mars, le directeur scientifique de la mission du "prospecteur", Alan Binder, au cours d'une conférece de presse. Cette eau gelée à une température inférieure à moins 175 Celsius, est concentrée aux deux Pôles, éparpillée sur des milliers de kilomètres carré.

Sa quantité exacte reste toutefois largement indéterminée: les plus prudents parlent certes de 11 millions de tonnes, mais les plus optimistes vont jusqu'à... 330 millions.
Les scientifiques présument que cette glace a été amenée là par des comètes ayant percuté la Lune au cours de son histoire.

Et c'est bien de glace, dont on parle, et non d'eau liquide: cette découverte, il faut en être bien conscient, n'implique nullement que l'on soit tout à coup en train de rêver à de la vie sur la Lune. Cette eau a vraisemblablement été toujours gelée.

Au contraire de celle qu'on trouve sur Europe.


A la poursuite des "Europiens"

Plus on observe cette lune de Jupiter, et plus on a l'impression que les extra-terrestres sont à la portée de la main. Des champs de glace, recouvrant de bord en bord ce petit monde, et qui, photographiés ces dernières années par la sonde Galileo, présentent tout à fait l'apparence de banquises. Et à présent, sur les toutes dernières photographies, dévoilées la semaine dernière, un trou de 30 km de diamètre, creusé par une météorite, et qui semble avoir été comblé par de l'eau, avant que celle-ci ne gèle. Or, s'il y a de l'eau sous ce champ de glace, tout laisse croire qu'il pourrait y avoir, aussi, de la vie.

Au cours de son dernier passage à proximité d'Europe, la sonde américaine Galileo a retransmis des images 20 fois plus précises que tout ce qui avait été retransmis jusqu'ici.

"C'est comme si nous avions mis la surface sous un microscope", s'est exclamé James Head, de l'Université Brown à Providence, membre de l'équipe scientifique chargée d'analyser ces clichés qui ont fait la semaine dernière le tour du monde. L'équipe scientifique, dans son communiqué, ne s'est embarrassée d'aucune précaution: "les images les plus détaillées jamais prises d'Europe, une lune de Jupiter, présentent de nouveaux faits supportant l'existence d'une couche de neige mouillée (slush ) sous la surface de glace de cette lune." De la neige mouillée, dans le plus prudent des scénarios. Ou bien, de l'eau.

Evidemment, pour avoir une certitude, il faudra aller voir. Déjà, les pions se mettent en place: alors que pour Galileo, Europe n'était qu'un objectif parmi plusieurs, et pas le plus important, la Nasa dresse d'ores et déjà des plans pour une autre sonde, destinée spécifiquement à l'étude de ce satellite, qui pourrait être lancée en 2003.

Et qui sait si, un jour pas si lointain, une étrange créature sous-marine ne viendra pas faire un clin d'oeil aux lointains Terriens...





Site officiel du Lunar Prospector

Site officiel de la mission Galileo

Les Aventures du vaisseau Galileo (site pour enfants)


Ailleurs sur le site de l'Agence Science-Presse:


Une page spéciale sur Europe

Une vie extra-terrestre près de Jupiter? (14 avril 1997)

Y a-t-il de la vie près de Jupiter? (20 janvier 1997)

Tintin avait-il raison? On aurait découvert de la glace sur la Lune (9 décembre 1996)

 



 

 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric--Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire