Semaine du 21 juin 1999

En manchettes la semaine dernière:
La Terre entre chaud et froid

A lire également cette semaine:
Les chimpanzés: une société distincte

Brevet chimérique sur l'humain

Avoir peur d'avoir mal fait plus mal

Le cerveau d'Albert

L'oeil d'Hawaii

Et plus encore...


Archives des manchettes


LE KIOSQUE
Pour être branché sur la science

Notre nouvelle section:

Capsules québécoises


Qui sommes-nous?


Retour à la page d'accueil


En manchettes sur le Net est une production Agence Science-Presse


Ceci n'est pas un clone


"L
e premier clone humain est né", ont proclamé les médias la semaine dernière. Eh bien désolé, chers collègues, mais vous aviez tout faux. Ce sera pour une prochaine fois.

 

Tout cela a commencé par un reportage paru à la Une du quotidien populaire britannique Daily Mail, le 17 juin. Le titre -"le premier embryon humain cloné"- a tant et si bien fait sensation qu'il a été repris en 24 heures par à peu près toutes les agences de presse de la planète. Ce qu'on pouvait y lire se résumait à ceci: des chercheurs de la firme de biotechnologie américaine Advanced Cell Technology (ACT) auraient finalement commis l'impensable: l'embryon d'un clone humain -un mâle- aurait été conçu, se serait développé en éprouvette pendant 12 jours puis, arrivé à ce stade -environ 400 cellules- aurait été détruit. Les chercheurs, soucieux d'éthique, si l'on peut dire, auraient en effet arrêté là l'expérience: s'il avait été implanté dans l'utérus d'une femme, cet embryon aurait peut-être pu être mené à terme.

Multiples petits problèmes avec cette histoire:

* primo, la photo de l'embryon, que le Daily Mail proclame avoir obtenue en "exclusivité", n'est pas du tout la photo d'un embryon. C'est une photo de cellules-souches, ou cellules embryonnaires. On y revient plus loin.

* secundo, rien d'exclusif là-dedans: la photo en question avait été diffusée par ACT le 12 novembre 1998, lorsque celle-ci a annoncé avoir mis au point une méthode de culture en éprouvette de ces fameuses cellules-souches. L'Agence Science-Presse vous en avait alors parlé abondamment, dans cette même page: c'était, scientifiquement et médicalement, un événement historique -et diablement inquiétant.

* tertio, un embryon humain de 12 jours est constitué de milliers de cellules, pas de 400. "S'il en a seulement 400 après tant de temps, explique à Libération Jean-Paul Renard, spécialiste français du clonage, c'est qu'il ne s'agit pas d'un embryon, mais d'un amas de cellules embryonnaires qui se sont multipliées in vitro et qui, en aucun cas, ne pourrait se développer en un être entier."

* quarto, on serait bien incapable, avec la technologie actuelle, de faire se développer en éprouvette un embryon pendant plus de huit jours.


Cellules-souches et non clonage

Or donc, que montre la photo? Des cellules souches. Autrement dit, des cellules qui ne se sont pas encore spécialisées, et auxquelles on peut en théorie ordonner -la découverte de novembre dernier, c'était ça- de se transformer en n'importe quel tissu du corps humain ou en un organe. Une usine à organes, quoi. De quoi soigner des tonnes de maladies dégénératives (comme l'Alzheimer, en remplaçant des tissus cervicaux), en plus des transplantations (de peaux ou d'organes).

Et la découverte de novembre, comme on l'a appris peu de temps après, n'est pas sans liens avec le clonage: supposons qu'on veuille vous transplanter un poumon. Plutôt que de faire "pousser" en laboratoire n'importe quel poumon, vaudrait mieux en faire pousser un à partir de vos propres cellules, ce qui éviterait les risques de rejet. Donc, en quelque sorte, on créerait un clone de vous-même, mais un clone qui n'aurait que "quelques cellules de large", et qui ne servirait qu'à "produire" ce poumon. Il n'a jamais été envisagé -et en fait, il ne serait même pas été possible- de créer un bébé à partir de cela.

On a même inventé une nouvelle expression pour cette "stratégie": le clonage thérapeutique. Sur cela aussi, nous avions insisté lourdement il y a quelques mois.

En conséquence, derrière cette nouvelle du Daily Mail, il y avait bel et bien clonage sous roche. Mais pas du tout celui qu'on s'est imaginé à lire les titres, repris notamment par la BBC.

En fait, toute cette affaire, avant même d'être scientifique, est commerciale. Une compagnie comme ACT, ou son homologue Geron -qui s'est associée ce printemps à l'Institut Roslin, où est née Dolly en 1997- n'a rien à cirer de la création d'un clone humain, dans la mesure où il n'y a pas de marché là-dedans -du moins, pas tant que la technologie qui a permis de créer Dolly ne sera pas davantage au point, ce qui est très loin d'être le cas (voir notre manchette d'il y a deux semaines). En revanche, il y a un marché potentiellement plus lucratif du côté des cellules-souches: le marché multi-milliardaire des transplantations et des greffes.

Et pour produire ces cellules-souches en série, on expérimente plusieurs choses, dont -interdit de rire- les ovules de vache, moins rares que les ovules humaines -et cela aussi est au centre de la controverse de la semaine dernière: ACT expérimente cette "méthode" depuis novembre, et la culture de cellules embryonnaires qui avait été alors photographiée devrait apparemment son existence à une ovule de vache. C'est une méthode propre à ACT, son concurrent, Géron, préférant l'utilisation d'ovules humaines; l'approche d'ACT suscite d'ailleurs le scepticisme de certains scientifiques, rapportait la semaine dernière le New York Times -avant l'éclatement de la "crise du Daily Mail".

Tous ces travaux sont réalisés, aux Etats-Unis, uniquement grâce à l'argent de l'entreprise privée, en raison d'un interdit pesant depuis quatre ans et demi sur les subventions gouvernementales: celles-ci ne peuvent être utilisées pour toute recherche impliquant des embryons humains. Mais les recherches ne sont pas pour autant illégales, au contraire de ce qui se passe en Grande-Bretagne.

Donc, clonage thérapeutique, et seulement clonage thérapeutique, promettent les entrepreneurs. Mais jusqu'où cela leur permettra-t-il d'aller? Où passera la frontière entre ce clonage-là et le clonage tout court, ou "clonage reproductif"? Que se passerait-il si les scientifiques de l'ACT avaient bel et bien produit en novembre un véritable embryon -avec la certitude que cela serait utile pour l'industrie pharmaceutique?

Les progrès du clonage sont si rapides qu'un nouveau débat s'impose, déclare le président de l'Association médicale mondiale, Anders Milton -une association qui représente 70 associations médicales nationales, et qui s'est fermement prononcée contre le clonage humain. Mais cette prise de position, c'était il y a deux ans, et depuis, justement, les "progrès" ont été si rapides que...

 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric--Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire