Publicité
lesdebrouillards_1.jpg

Les débrouillards

Autre action

Actualité

Dessaler la mer à la force des vagues

Isabelle Burgun, le 10 octobre 2013, 16h45

(Agence Science-Presse) Huit étudiants en génie de l’Université Sherbrooke travaillent actuellement à un modèle miniature d’unité de dessalement. Doté d’une petite bouée et d’un système électromécanique, le prototype –attendu pour janvier prochain– utilisera la force des vagues pour dessaler l’eau.

© Rahjahs | Dreamstime.com
Cliquer sur la photo pour agrandir
© Rahjahs | Dreamstime.com

Les nombreux projets utilisant l’énergie houlomotrice –la force des vagues– visent habituellement à produire de l’électricité. La recherche se tourne plutôt vers la distillation de l’eau de mer ou la filtration par osmose inverse pour le dessalement de l’eau. Ces techniques coûteuses en énergie pourraient être avantageusement remplacées par l’utilisation de sources naturelles, comme l’énergie solaire ou la force des vagues.

En s’inspirant du prototype Pelamis —un serpent mécanique géant dont les mouvements génèrent de l’énergie–, le modèle proposé par les jeunes étudiants, qui fonctionne déjà de façon virtuelle, utilisera la formation naturelle des vagues pour actionner la mécanique de dessalement. «La courbe sinusoïdale des vagues, entre le sommet et la vague suivante, entraîne un mouvement vertical qui actionnera le système de filtration de l’eau de mer et produira de l’eau douce», explique Dragan Tutić, coordonnateur du projet Odyssée.

La principale difficulté réside dans l’optimisation de la connexion avec la vague. Selon le jeune étudiant, la configuration de l’unité devrait pouvoir tirer bénéfice de la moindre petite vague pour actionner le mouvement de «piston servant à faire fonctionner le dessalement. «Ce système passif, à la mécanique robuste et durable, devrait résister sans problème à la force des vagues que l’on évalue à 8 tonnes –le poids de six voitures.»

Près de 10 000 litres d’eau devraient être produits quotidiennement par le prototype —de quoi étancher la soif d’une petite ville d’un millier de personnes. Il ne manque plus qu’à le plonger dans l’eau : l’appareil sera testé aux Îles-de-la-Madeleine au cours de l’été 2014.