Plus de deux millions et demi de femmes font une fausse couche chaque année. Et si la solution se trouvait du côté d’un de nos lointains cousins, le ouistiti?

Ce petit singe d’Amérique du Sud suggère que certains facteurs de risque sont déjà présents chez la mère... avant qu’elle ne soit elle-même née! Ce qui a mis les chercheurs, qui écrivent dans PLOS One , sur la piste de cet animal, c’est qu’au contraire des autres primates, les femelles donnent souvent naissance à des jumeaux, voire des triplets.

Or, les données sur des ouistitis nés en captivité depuis 1994 dont on dispose au Centre d’études sur les primates, au Texas, révèlent que les femelles nées parmi un groupe de triplets sont trois fois plus à risque de faire une fausse couche.

Gène défectueux? Plus petit poids à la naissance? Aucune des hypothèses ne tient la route, mais on déduit qu’il doit se passer quelque chose dans l’utérus tandis que les embryons se partagent cet espace. De là à chercher avant notre propre naissance des indices sur les causes de nos propres fausses couches, il n’y a qu’un pas...