C’est bien connu, on éprouve davantage de confiance envers les experts scientifiques qu’envers les institutions politiques. Mais jusqu’à quel point ? Des chercheurs de l’Université de Londres ont demandé à plusieurs centaines de participants, américains et britanniques, de juger des interventions, certaines présentées par des scientifiques et d’autres par des groupes de travail institutionnels. Certaines étaient de vraies interventions, d’autres étaient fausses.

Si la thématique est en lien avec la spécialité des scientifiques, les personnes semblent croire facilement les experts. À l’inverse, le groupe de travail institutionnel, non spécialisé, convainc plus difficilement. Les vraies interventions ont été jugées plus plausibles et plus éthiques que les autres.

Dans l’ensemble, la confiance des personnes interrogées envers les experts scientifiques reste plus élevée, même lorsqu’on compare une intervention pourtant inventée des scientifiques avec une du groupe de travail qui était pourtant vraie. Les auteurs de l’étude, parue dans la revue Basic and Applied Social Psychology, en concluent que dans l’art de la manipulation, la source est tout aussi importante que l’argument avancé. À l’inverse, si un conflit d’intérêt du groupe scientifique est annoncé, la cote de confiance tombe beaucoup plus bas que celle du groupe de travail. Peut-être parce que la confiance envers le monde scientifique était d’emblée plus élevée: la déception n’en est que plus forte.