Centraliser ou décentraliser l’administration de la santé? Le projet de loi 10, de réforme du réseau de la santé au Québec, rencontre de nombreux détracteurs alors qu’il n’est pas encore adopté.

La loi 10 vise à modifier l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux, notamment par l’abolition des agences régionales. C’est une gigantesque réforme administrative: des compressions et la disparition des 18 agences de santé et des services sociaux, ainsi que la fusion de 182 services administratifs, pour les faire passer à 28. Le projet est de n’en garder qu’un par région, sauf Montréal où il y en aurait cinq.

Or, on reproche au projet de concentrer trop de pouvoirs dans les mains du ministre de la Santé, mais également de démanteler un réseau qui fonctionne pour le remplacer par des superstructures trop lourdes ou trop éloignées du terrain.

Le gouvernement, à l’inverse, souhaite que la création des Centres intégrés de santé et de services sociaux – les fameux CI3S – permette d’alléger la bureaucratie et de poursuivre l’optimisation du service de santé en éliminant un palier de gestion. Il vise une économie de 220 millions $ par année.

Dans les mots du ministre Gaétan Barrette, «les citoyens du Québec n’en ont pas pour leur argent». Particulièrement visées par ce projet, les agences régionales «n'apporteraient pas la plus-value escomptée lors de leur création et entraîneraient même certains dysfonctionnements».

Les consultations ont pris fin le 13 novembre, reste à adopter le projet de loi.

On en parle avec nos invités :

Écoutez l'émission en cliquant sur le lien audio ci-contre, à gauche.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun et Pascal Lapointe. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.