|CONCOURS|

La Terre est-elle VRAIMENT plate? L'Homme est-il VRAIMENT allé sur la Lune? Les Reptiliens gouvernent-ils VRAIMENT le Monde? Est-ce VRAIMENT vrai?

Vous vous intéressez à la lutte à la désinformation, aux fausses nouvelles et aux théories du complot? Courez la chance d'accueillir GRATUITEMENT l'escouade du Détecteur de rumeurs pour une série d’ateliers primée à l'échelle nationale!

À qui s'adresse le concours?

Aux enseignants et enseignantes du 2e cycle du secondaire de toutes les régions du Québec qui ont à cœur l'information de qualité, s'appuyant sur des faits plutôt que sur des croyances, des rumeurs ou des opinions. Les directions d'écoles et les élèves intéressés par le  concours sont invités à en glisser un mot à leurs enseignants pour qu'ils ou elles inscrivent leur classe.

Comment participer?

Rien de plus simple! Les enseignants et enseignantes qui souhaitent inscrire leur classe doivent remplir le formulaire d'inscription et nous faire parvenir avant 23:59, le 15 décembre 2019, une courte vidéo (de moins d'une minute), nous expliquant pourquoi c'est LEUR classe qui devrait accueillir notre équipe du Détecteur de rumeurs. Les vidéos doivent être publiées sur notre page Facebook et contenir dans la zone de commentaire le mot-clic : #VraimentVrai. La sélection des vidéos lauréates sera faite par un comité composé des membres de l'équipe du Détecteur de rumeurs après la date de clôture du concours.

Remplir le formulaire d'inscription

Comment partager votre vidéo?

À partir d'un ordinateur

Rendez-vous sur notre page Facebook. Dans la boîte « Créer une publication », choisissez l'option « Photo ou vidéo » et sélectionnez votre vidéo pour la téléverser. Dans la zone de commentaire, inscrivez le nom de votre école, celui de votre groupe et le mot-clic #VraimentVrai.

À partir d’un mobile

Rendez-vous sur notre page Facebook et cliquez l'icône pour envoyer un message Messenger.  Appuyez sur la petite flèche en bas à gauche, à côté de la boîte de commentaires, et choisissez votre vidéo. Téléversez-la en nous indiquant le nom de votre école, celui de votre groupe et le mot-clic #VraimentVrai.

Aller vers notre page Facebook

N'hésitez pas à nous contacter pour toute question à redaction@sciencepresse.qc.ca

Soyez créatifs et bonne chance à tous!

 

Quelques réponses aux FAQ

Comment est né ce projet? 

Cet atelier s’inscrit dans nos efforts pour contrer la désinformation, notamment en science, à travers notre rubrique de vérification des faits, le Détecteur de rumeurs

Comment se déroulent l'atelier? 

L'atelier consiste en une série de cinq séances d'une heure. Une journaliste-animatrice se rend sur place afin de sensibiliser les élèves au phénomène des fausses nouvelles et les aider à développer leur esprit critique face à l’information.  Le tout est livré sous forme de laboratoires pratiques, ponctués d’invités qui viennent soutenir les propos exposés ; experts, journalistes, etc. 

Quels sont les objectifs pédagogiques du projet? 

Ce projet s’inscrit dans une démarche d’éducation aux médias et à l’information. Il a pour objectifs de donner des outils aux jeunes pour comprendre le phénomène de la désinformation en les faisant travailler eux-mêmes sur le déboulonnage de fausses nouvelles, mythes et idées reçues. A l’aide d’exemples pratiques, les élèves sont également appelés à mieux comprendre le métier de journaliste et la façon dont est faite l’information. 

Quelles sont les exigences d’accueil du projet en classe? 

Le projet se déroule en cinq séances consécutives, dans une même semaine. Chacune de ces séances est d’une durée d’environ une heure. L’horaire des séances doit être établi au préalable entre l’enseignant et la journaliste-animatrice. Un accès à des ordinateurs est nécessaire pour les séances quatre et cinq.  La taille maximale des groupes est de vingt-cinq élèves. Ils sont répartis en groupes de trois ou quatre lors de l’atelier pratique sur ordinateur. 

Pour vous faire une idée du projet : https://www.youtube.com/watch?v=wub9ynkRsdo&t=8s

Trois prix sont à gagner : 

  • Un atelier en région métropolitaine de Montréal ou de Québec 

  • Deux ateliers en région hors les grands centres.