Depuis 2002, la Polynésie française, dans le Pacifique Sud, est classée sanctuaire des mammifères marins. Et ceux-ci le lui rendent bien, en particulier les baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) qui, chaque année, de juillet à novembre, viennent s’y accoupler et mettre bas ! Inoubliable rencontre…

Nous voici, à Mooréa, dans l’archipel de la Société. Au-delà de la barrière de corail s’ébattent de gigantesques sirènes pouvant mesurer 16 mètres et peser 65 tonnes. Des baleines à bosse ou mégaptères, appelés ainsi en raison de leurs longues (mega) nageoires (ptera=ailes). Après s’être gavées de krill durant l’été en Antarctique, elles ont stocké suffisamment de graisses pour entamer leur longue migration vers le sud. Elles viennent passer l’hiver dans des eaux plus chaudes, mais aussi plus pauvres en zooplancton, notamment en Polynésie — autour des îles de la Société, des Australes et des Tuamotu — lieu idéal pour que les petits grandissent en toute sérénité à l’abri des prédateurs, les orques principalement... Les baleines passent si près des lagons qu’il n’est pas rare de les apercevoir, bondissant en surface, depuis la côte.

Fabuleux spectacle qui révèle toute leur puissance. D’ailleurs, les combats entre mâles peuvent être d’une grande violence, et le désir d’un mâle courtisant une femelle allaitante est tel, qu’il est capable de tuer son baleineau ! Pour espérer admirer ces géants ou entendre le chant envoûtant des mâles, armez-vous de patience et faites confiance aux professionnels. Ce type d’écotourisme est strictement réglementé dans les eaux polynésiennes. Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi avec des créatures de cette taille, par ailleurs protégées depuis 1986 par le moratoire sur la chasse à la baleine (la chasse intensive pratiquée durant la première moitié du XXe siècle a bien failli les exterminer).

En ce jour d’octobre, notre guide se veut rassurant : « Elles seront au rendez-vous, comme toujours ». Nous sommes moins d’une dizaine à bord d’une petite embarcation, tous très excités à l’idée d’apercevoir ces impératrices des océans, osant à peine y croire. Un premier passage autour du lagon de Mooréa et soudain, effectivement… Elles sont deux ! Leurs souffles s’évaporent dans l’air, puis elles sondent. L’attente commence, pas plus d’une douzaine de minutes, le temps d’une petite apnée. Enfin, elles refont surface, exécutant sous nos yeux ébahis un somptueux ballet aquatique. Dans une parfaite synchronisation, les deux nageoires caudales se dressent vers le haut avant de glisser lentement vers le fond. Superbe.

C’est reparti, malgré la hauteur des vagues et le mal de mer qui guette. En voici une autre ! Cette fois, le guide suggère une mise à l’eau. Le cœur palpitant, nous nous équipons : gilet, palmes, masque, tuba. Dernière consigne : « Doucement. Quand vous la verrez, ne nagez pas vers elle. C’est elle qui viendra. Les baleines sont curieuses ». Nous y sommes. Déception, pas l’ombre d’une baleine, juste ce bleu outremer profond et vertigineux. Elle doit déjà être loin... Mais non, la voilà, 15 mètres dessous ! Elle est énorme et nage avec une grâce émouvante. Paraissant se déplacer avec lenteur, elle remonte pourtant très vite à notre hauteur et nous fonce dessus ! Nous sommes si petits, si fragiles dans son univers que la peur nous envahit, ainsi que l’étrange certitude qu’elle ne nous fera aucun mal… Grosse montée d’adrénaline : la baleine s’approche, observant d’un œil curieux ces cousins éloignés bipèdes si mal adaptés au milieu marin. Arrivée à quelques mètres, elle amorce un virage avant de disparaître. N’était-ce qu’un rêve ? Non, mais ça en avait tous les ingrédients !