On croyait avoir tout vu quant aux raisons pour lesquelles des revues décident d’effacer des études de leurs archives. Celle-ci est inédite : « il a été découvert que l’étude représentée dans cet article n’avait en réalité pas été faite ».

Les blogueurs de Retraction Watch qui ont fait cette trouvaille en parlent comme d’une façon plutôt originale de reconnaître que « les données d’un article ne sont pas valables ». La (pseudo) recherche en anesthésiologie aurait impliqué 60 patients. Selon le rédacteur en chef de la revue Anesthesia : Essays and Researches, c’est un des signataires de la recherche qui aurait tiré la sonnette d’alarme — et qui a écrit la note de rétractation — après avoir reçu des données de ses cosignataires qu’il ne pouvait pas vérifier.