Semaine du 20 septembre 1999

En manchettes la semaine dernière:
Et pourtant, il tourne!

A lire également cette semaine:
Willy peu doué pour la vie sauvage

Le café endort

Un esprit jeune dans un corps moins jeune

La vie sexuelle des salamandres

L'ouragan Floyd: la pointe de l'iceberg

Et plus encore...


Archives des manchettes


LE KIOSQUE
Pour être branché sur la science

Notre nouvelle section:

Capsules québécoises


Qui sommes-nous?


Retour à la page d'accueil


En manchettes sur le Net est une production Agence Science-Presse


La lune humide


U
ne signature inhabituelle sur la surface glacée de la lune Europe pourrait être la trace d'un océan dissimulé sous la glace. L'hypothèse n'est pas neuve, mais elle vient de se voir ajouter un morceau, depuis l'endroit le moins glacé de la Terre.

 

Ce sont en effet des scientifiques de l'Université de l'Arizona, peut-être en manque de froid, qui se sont intéressés à ce monde -Europe est une des plus grosses lunes de Jupiter- recouvert d'une couche de glace de plusieurs dizaines de kilomètres d'épaisseur. Dans un article publié dans la revue Science, ils décrivent pourquoi une série de fissures étranges appelées "flexi", seraient causées par le flux et le reflux d'un océan caché sous cette "couche" de glace.

Les flexi sont des fissures de formes dite cycloïdales; elles ressemblent à des arcs qui seraient mis bout à bout, ce qui donnerait au bout d'un moment une longue fissure ondoyante, sur des dizaines de kilomètres. Ce type de fissure, unique à Europe, a été remarqué pour la première fois par la sonde Voyager, en 1979, et a été au centre d'un grand nombre de photos prises par la sonde Galileo, depuis décembre 1995. Leur origine reste à ce jour un mystère -même si les hypothèses n'ont pas manquées, celle d'un océan figurant en tête de liste.

L'auteur principal de ce nouvel article, Gregory V. Hoppa, a développé un modèle informatique qui tient compte de l'orbite d'Europe autour de Jupiter, et des forces de la gravité qui tordent Europe comme s'il s'agissait d'une balle de caoutchouc: forces de la titanesque Jupiter bien sûr, mais aussi forces des deux lunes voisines, Ganymède et Io, qui donnent à l'orbite d'Europe une allure légèrement excentrique.

Le résultat de ces forces, semble démontrer le modèle informatique, c'est la marée, comme on la connaît sur Terre, mais une marée qui peut atteindre les 30 mètres, comparativement aux 1 à 2 mètres de la plupart des marées terrestres. Or, 30 mètres vers le haut ou vers le bas, c'est largement suffisant pour faire craquer la couche de glace qu'il y a au-dessus. La fissure ainsi créée se propage suivant une courbe, comme un arc, jusqu'à ce que la pression de la marée redescende -et alors, tout s'arrête. Lorsque la tension reprend, la fissure repart dans l'autre direction, comme un deuxième arc qui se serait accroché à l'extrémité du premier. En tout, le processus de propagation d'une fissure de 75 à 200 km prendrait 3 jours et demi -soit le temps que met Europe à compléter une orbite autour de Jupiter.


Un monde enigmatique

Car il faut se rappeler qu'Europe, si ce qu'on imagine d'elle correspond à la réalité, est un monde un peu spécial: cette lune découverte par Galilée en 1610 serait une sphère de roc tout à fait banale, comme notre Lune, mais recouverte d'une immense couche de glace -l'eau est un "matériau" très commun dans les parages de Jupiter. Quant à l'effet de marée, ajouté peut-être à des volcans souterrains, il contribuerait à faire fondre la partie inférieure de la couche de glace -d'où l'océan.

Tout ceci reste hautement hypothétique, puisque personne n'a encore vu cet océan et que pour le voir, il faudra envoyer une sonde capable de creuser dans la glace. Mais les photos d'Europe, depuis trois ans, montrent quelque chose qui ressemble furieusement à une banquise -une "couche" de glace qui repose sur de l'eau. Et le modèle informatique d'Hoppa ne fera qu'ajouter à l'enthousiasme de ceux qui "croient" d'ores et déjà: les gens de l'Arizona affirment qu'aucun autre phénomène physique ne pourrait expliquer la formation de ce type très particulier de fissure.

Et que trouvera-t-on, dans cet océan?


Ailleurs sur ce site:


Une page spéciale sur Europe

Que d'eau! Que d'eau! (9 mars 1998)

Une vie extra-terrestre près de Jupiter? (14 avril 1997)

Y a-t-il de la vie près de Jupiter? (20 janvier 1997)

 

En manchettes sur le Net

La Science d'ici et d'ailleurs

Le Kiosque

Science pour tous

Hebdo-Science

Meilleurs sites en science

Bric--Brac

CyberExpress

C'est quoi l'ASP

Hommages ...

La Qute des origines

Le Monde selon Goldstyn

Questionnaire