J’ai réalisé mon rêve, devenir astronaute.  Grâce à des concepteurs québécois, Felix & Paul Studios, le Studio PHI,  en partenariat avec Time Studios et la NASA, j’ai fait un court voyage immersif dans l’espace à bord de la Station spatiale internationale.  Dans le parcours d’une heure, j’ai côtoyé l’astronaute David Saint-Jacques, admiré notre planète depuis l’espace et j’y ai fait quelques pas. Wow!   

L’embarquement a eu lieu à Montréal le 21 juillet dernier, à l’Arsenal art contemporain.  Accueilli par les propos de l’astronaute américaine Anne McClain, un personnel attentif s’assure que le nouveau membre de l’équipage dont je suis, vive une belle expérience (consignes, installation du casque de réalité virtuelle et assistance sur le plancher durant l’exploration).  Vite nous pénétrons le vide interplanétaire, enveloppé par la voûte étoilée, pour diriger nos pas vers la Station spatiale internationale.  J’emploie le nous car je ne suis pas seul nouvel astronaute.  Plusieurs autres déambulent librement comme moi sous forme d’avatar, une représentation humaine entourée d’une aura avec un point lumineux au centre du corps. 

L’exploration spatiale commence. Nous nous déplaçons dans une reproduction très réaliste de la Station spatiale internationale, construite à partir des prises de vue, souvent faites par les astronautes eux-mêmes dans la Station (filmés en 3D et en réalité virtuelle à 360 degrés).  Les effets sont saisissants tout le long du parcours, visuellement et auditivement.  Les astronautes sont à nos côtés.  David Saint-Jacques m’explique son travail de scientifique dans un module de la Station spatiale.  Tous et toutes nous partagent leurs expériences, émerveillés et modestes.  Le sens du toucher est également sollicité avec l’expérience de saisir de petits objets en suspension, non soumis à la gravité comme en réalité dans la Station.  La sensation de flottement est bien rendue et le côté ludique de l’expérience est très bien réussi.

Des capsules visuelles, sous forme de sphères, permettent de cheminer dans le vaste espace et de partager le quotidien des membres de l’équipage.  Par l’entremise d’une de ces capsules, je suis sorti de la Station, pour en faire le tour.  Les étoiles, la Voie lactée, l’extérieur des modules de la Station spatiale, tout y était pour me donner l’impression que je flottais en apesanteur dans le Cosmos.

De retour dans la Station, j’ai été invité à m’installer dans la Cupola, ‘’sorte de véranda de l’espace’’ avec ses hublots me permettant de voir la Terre sous moi comme les astronautes aiment beaucoup le faire, parole de David Saint-Jacques.  L’effet virtuel est plus que saisissant, il est magique.  C’est à ce moment que j’ai pris conscience de la beauté de notre vaisseau spatial, la Terre. 

Mon émerveillement a été partagé avec Félix Lajeunesse, cofondateur de Felix & Paul Studios, lors d’un entretien.  Je lui ai également exprimé mon souhait que soit développé, avec plus de détails, l’enveloppe extérieure de la Station spatiale internationale.  Il m’a encouragé en précisant qu’ils ont plusieurs projets de réalité virtuelle et que lors des prochaines mises à jour de cette création, il sera possible d’ajouter des détails de l’extérieur de la Station.   

Le voyage virtuel dans l’espace terminé, le parcours INFINI prenant fin, je n’avais qu’une idée en tête, celle de recommencer.  Et c’est possible jusqu’au 7 novembre à Montréal.