Comment une mère et son petit arrivent-ils à se reconnaître? À partir de quel âge et pour combien de temps? Et comment les systèmes de reconnaissance entre individus évoluent-ils en fonction des structures sociales de chaque espèce? Vous avez une semaine pour en discuter avec notre experte, Isabelle Charrier.

Ce billet s'inscrit dans le cadre d'un événement présenté le 4 novembre au Coeur des Sciences de l'UQÀM: Communication animale : La voix de sa mère.

Une invitation à découvrir des processus remarquables de communication, notamment chez les lions de mer, les otaries, les phoques et les morses.

Isabelle Charrier est bio-acousticienne, chercheuse au CNRS et membre de l'équipe Communications acoustiques dans le laboratoire de Neurobiologie de l'apprentissage, de la mémoire et de la communication à l'Université Paris Sud. La bio-acoustique est l'étude de la signification des sons émis par les animaux. Isabelle Charrier fait figure d'autorité en la matière, surtout en ce qui a trait aux pinnipèdes: otarie, morse, phoques et lions de mer. Ses travaux sur la communication chez l'otarie à fourrure de l'île d'Amsterdam en Australie ont fait l'objet de publications dans les revues Nature et Animal Behaviour. Il s'agissait de la première étude sur la communication acoustique chez les mammifères vivant dans des milieux environnementalement très contraignants.

Ce qui ressort avec le plus de force de ces études? C'est que l'audition est véritablement le sens qui assure la survie chez les pinnipèdes.

Vous avec assisté à la conférence et vous voulez en savoir plus? Vous n'avez pas assisté à la conférence et vous avez des questions? Des commentaires? Des interrogations sur notre sujet? Vous êtes au bon endroit: Isabelle Charrier répondra à vos interventions, jusqu'au 11 novembre.