Nouvel épisode de l'émission de science l’œuf ou la poule, ce soir, lundi 15 août : des cages d'ADN contre le cancer ! Notre invitée, Aurélie Lacroix, doctorante en chimie à l'université McGill, dans le laboratoire d'Hanadi Sleiman, se sert de l'ADN comme de Legos, pour construire des petits cubes, qui contiennent des médicaments spécifiques contre les cellules cancéreuses.

Vous retrouverez l'émission en balado-diffusion sur la page de l'émission et les chroniques en vidéo sur la chaîne youtube de l’œuf ou la poule.

Nous nous sommes rencontrées à la finale du concours ma thèse en 180 secondes. Aurélie présentait son projet de petites cages d'ADN. En 3 minutes, elle a réussi à nous expliquer qu'elle cherche à augmenter l'efficacité des traitements contre le cancer. Son équipe aimerait diminuer les effets secondaires des chimiothérapies et diminuer les doses de médicaments nécessaires.

Pour cela, ils assemblent de l'ADN en petites cages, qui peuvent contenir des médicaments. Ce sont des cubes bien plus petits qu'une cellule. Tellement petit, qu'il s'agit de nanotechnologie de l'ADN. Aurélie nous éclairera sur cette méthode et les équipes qui l'utilisent ailleurs dans le monde. Lorsque la cage est fabriquée, il faut trouver un moyen de la transporter au bon endroit. Et lorsque qu'elle est proche de la tumeur, Aurélie a « accroché une clef à la cage qui correspondra à la « porte » de la cellule cancéreuse seulement. Et surtout pas à une autre cellule saine qui serait à côté ». Cette spécificité aux cellules cancéreuses, améliorera le ciblage thérapeutique. Ces petites cages d'ADN s'accumuleraient dans les cellules cancéreuses pour libérer le médicament uniquement ici. En vidéo, voyez une reconstitution d'une méthode d'ouverture de la cage.

Cette approche a de nombreux avantages par rapport aux formes des médicaments existants.

Ces nano-cages peuvent circuler dans le corps sans être absorbées ou dissoutes dans le sang, comme un médicament classique. Elles ont une capsule qui n'est pas détectée par le corps humain comme une intruse. Elles peuvent donc arriver jusqu'à la cible sans encombre. De plus, le médicament qu'elles contiennent n'est pas délivré dans le corps dès l'absorption. C'est seulement lorsque la cage est en présence de sa cellule cible, qu'elle va s'ouvrir, et libérer le médicament de façon plus spécifique dans des cellules et une région précise.

En début de l'émission, dans la chronique « mathématiques », Nadia Lafrenière fait le lien avec les jeux olympiques, qui ont lieu en ce moment à Rio. La chercheure mathématicienne Amandine Aftalion, consacre une partie de ses recherches à la modélisation du sport.

On termine l'émission avec la chronique « science et littérature » de Tristan Lamour sur le livre Trop belles pour le Nobel de Nicolas Witkowski. Ce titre nous rappelle la conférence de Pauline Gagnon sur les contributions de Mileva Marić, première femme d'Albert Einstein, aux travaux de ce dernier. C'est aussi l'occasion de rappeler la faible proportion de femmes chercheures dans le monde. Voyez plutot les chiiffres sur ce magnifique site de l'Unesco.

Dans les dernières minutes de l'émission, Carine Monat vous partage l'agenda scientifique. Elle vous invite à rentrer au coeur de la terre, dans les profondeurs de la caverne de Saint-Léonard (vous avez jusqu'au 21 août!), au coin PieIX / Jarry ou presque, et à visiter le zoo écomuseum de Sainte-Anne-de-Bellevue dans l'ouest de l'île de Montréal.

À ce soir, en direct des studios de choq.ca !

L’œuf ou la poule ?, l'émission scientifique de choq.ca, est diffusée tous les lundis à 20h sur la radio web de l'Université du Québec à Montréal. L'émission est ensuite disponible en baladodiffusion sur la page de l'émission . Retrouvez les chroniques en vidéo sur notre chaîne Youtube . Nous complétons les entrevues en partageant des photos, des articles et des vidéos sur facebook et twitter.