Des chercheurs viennent de démontrer qu’environ 15% des formes graves du virus sont liées à des anomalies génétiques, à l’origine d’une carence en protéines qui empêche le système immunitaire de bien fonctionner.

Par Pascaline David