Le non verbal parle fort dans les émissions populaires américaines. Selon des chercheurs en psychologie de l’Université Tufts au Massachusetts, des moues, des postures et des regards, trahissent des préjugés favorables aux Blancs.

Dans le cadre de cette étude, des volontaires ont visionné des extraits d’émissions qu’ils n’avaient jamais vues, dépouillées de leur trame sonore. Ces volontaires, Blancs ou Noirs, devaient évaluer les réactions des personnages de l'émission vis-à-vis du personnage ciblé qui, lui, était absent de l’extrait. Ils devaient aussi répondre à des questionnaires portant sur leurs propres préjugés.

Conclusion : sans avoir à tenir des propos ouvertement racistes, les mimiques et la gestuelle des personnages télévisuels envers un autre personnage suffiraient à révèler des préjugés favorables aux Blancs. Ces images s’insinuent dans l’inconscient des téléspectateurs et influent sur leur perception du personnage ciblé. Le chercheur principal Max Weisbuch et son équipe avancent comme hypothèse, dans l’édition du 18 décembre de la revue Science , que le langage non verbal pourrait accentuer des préjugés raciaux déjà présents chez certains téléspectateurs.

La présence de ces préjugés dans l’attitude des personnages s’explique-t-elle par la teneur des scénarios, les préjugés des acteurs ou les consignes des réalisateurs? La recherche ne visait pas cette explication. Mais les 11 émissions à l’étude dénotent du même penchant « pro-blanc ». Chacune attire neuf millions de téléspectateurs par épisode. Cela fait beaucoup de monde qui s’expose chaque semaine à des préjugés subtils et silencieux...