Pas beaucoup d’argent neuf pour la recherche scientifique, et une volonté de privilégier la recherche en entreprise. Ce sont en gros les critiques du dernier budget fédéral. Assorti d’une bonne nouvelle de 243 millions$ pour les astronomes.

Note: cette émission a été diffusée pour la première fois le 4 mai 2015 à Radio Ville-Marie.

Les critiques sont à peu près les mêmes qu’on entend chaque année, convient un de nos invités, Max Roy, président de la Fédération québécoise des professeurs d’université. Au lendemain du budget du ministre Joe Oliver, déposé le 22 avril, le gouvernement conservateur s’est fait reprocher d’avoir coupé au fil des années dans la recherche fondamentale, pour privilégier les subventions à la recherche appliquée, c’est-à-dire des recherches plus susceptibles de profiter aux entreprises.

Paul Dufour, professeur adjoint à l’Université d’Ottawa, qui suit l’évolution des rapports science et politique depuis des années, convient que ces critiques sont justifiées: le gouvernement fédéral a accru les subventions «orientées», en même temps qu’il s’ingérait davantage dans le processus d’évaluation des subventions à la recherche.

Mais les défenseurs de cette vision ont beau jeu de souligner qu’au Canada, le secteur privé investit très peu dans la recherche. D’après Statistique Canada, les dépenses des entreprises sont passées de 16,5 milliards à 15,5 milliards entre 2006 et 2014. Ce qui place le Canada en queue de peloton, parmi les pays industrialisés.

Un groupe était par contre heureux, ou à tout le moins soulagé: les astronomes qui ont obtenu l’enveloppe depuis longtemps espérée de 243 millions pour la participation canadienne au projet international de Télescope de 30 mètres. Cet instrument, qui doit être construit à Hawaii —mais qui fait en ce moment l’objet d’opposition là-bas— sera le plus puissant du monde. Or, les autres partenaires —la Chine, le Japon, l’Inde et les États-Unis— attendaient avec impatience que le Canada confirme sa participation. On en parle avec l’astronome René Doyon.

En sait-on plus sur le Fonds de recherche Apogée, annoncé l’an dernier? La réputation du Canada acquise à travers les coupes des dernières années peut-elle lui nuire dans les partenariats internationaux? Qu’est-ce qui explique ce succès des astronomes que leur envient leurs collègues?

Nos invités:

Écoutez l'émission en cliquant sur le lien audio ci-contre, à gauche.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun et Pascal Lapointe. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.