Rien ne semble arrêter le progrès en IA. Après avoir battu, à un contre un, les meilleurs joueurs de poker, une intelligence artificielle (IA) « surhumaine » a réussi à gagner au poker contre cinq joueurs d’élite. L’exploit a été décrit récemment dans la revue Science comme étant le « dernier jalon manquant » en matière de développement du raisonnement stratégique en IA.

En effet, contrairement aux jeux comme les échecs, où l’ensemble du jeu est visible pour l’ordinateur, le poker présente un défi additionnel de traitement d’information cachée. Les cartes des autres joueurs n’étaient pas visibles pour l’ordinateur et les adversaires pouvaient bluffer en rehaussant la mise, ce qui n’a pas empêché Pluribus, l’IA développée par une équipe de l’Université Carnegie Mellon et de Facebook, de l’emporter.

Pluribus n’est pas la seule IA à avoir fait les manchettes scientifiques récemment. Une IA mise au point par l’Institut Flatiron a permis de rien de moins que l’élaboration d’une nouvelle méthode de simulation de l’Univers qui « déclasse » les modèles informatiques traditionnels par sa capacité d’« extrapoler avec précision » l’évolution de la structure de l’Univers à partir d’un minimum de données, écrivent les scientifiques dans un article publié dans Proceedings of the National Academy of Science.