Les rats de labo sont des personnages que j'adore faire parler. Ce sont les héros et plus souvent qu'autrement les victimes des progrès de la science. Dommage pour le caricaturiste qu'on les remplace de plus en plus par des vases de Pétri... Dans ce cas-ci, la joie se lit sur le visage d'un des rats sur qui on teste le chlorhydrate de fluoxétine que l'on appelle aussi PROZAC. Une drogue, pardon, un médicament qui finalement  n'a pas été un feu de paille.