Par Raymond Fournier

Retour des astronautes de la station spatiale internationale sur Terre en avril; premier vol de la capsule de SpaceX en mai : les activités spatiales continuent malgré la pandémie.  Cependant, de nouvelles mesures de sécurité biologique apparaissent malgré l’isolement des astronautes et leur confinement dans la minuscule capsule Soyouz et le confinement habituel dans la station spatiale.

Le 16 avril dernier, un équipage de deux astronautes de la NASA et un cosmonaute russe revient à bord de la capsule spatiale Soyouz au Kazakhstan sur notre planète paralysée par la pandémie de coronovirus.  C’est le premier équipage de l’ISS qui revient sur Terre depuis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété en mars la pandémie mondiale.  Aucune retransmission en direct n’a été autorisé par Roskosmos ni la NASA cette fois-ci.  L’Agence spatiale russe évoque des mesures liées à la situation épidémiologique pour justifier cette interdiction.

Les équipes chargées de la récupération des astronautes ont tous été déclarés négatifs au coronavirus et ont dus porter des vêtements et des masques de protection.  L’astronaute de la NASA, Jessica Meir, biologiste marine, a déclaré qu’elle sen sentirait plus isolé sur Terre que dans l’espace considérant la pandémie mondiale.  Astronautes américains et astronaute russe retournent chez eux en avion décollant d’endroits différents, nouvelles mesures techniques obligent.

L’astronaute américain, Chris Cassidy et le russe, Anatoli Ivanichine, partis dans un fusée Soyouz le 9 avril dernier en pleine pandémie dans les deux pays ont déjà rejoint la Station spatiale internationale. 

 

Fin d’un monopole

Pour la première fois, deux astronautes américains iront à bord de l’ISS grâce à une fusée du secteur privé américain, SpaceX. Les vols antérieurs avaient été assuré par les navettes spatiales américaines jusqu’en 2011, date de leur mise au rancart, et par la suite exclusivement par les fusées russes Soyouz.

L’administrateur en chef de la NASA,  Jim Bridenstine et le fondateur de SpaceX, Elon Musk ont annoncé l’envoi des astronautes américains, Bob Behnken et Doug Hurley à bord de la nouvelle capsule spatiale Crew Dragon.  Elle est propulsée par la fusée Falcon 9, réutilisable et largement éprouvée depuis plusieurs années comme lanceur de satellites et de cargos vers l’ISS.

Pandémie ou pas, le départ sera effectué tel que prévu au calendrier, soit le 27 mai 2020.  La NASA a pris les mesures nécessitées par la pandémie de COVID-19 afin qu’il n’y ait aucun report.

L’Agence spatiale américaine avait largement financé le développement de deux nouvelles capsules spatiales privées par SpaceX mais aussi par le géant Boeing.  Cette dernière a récemment éprouvé des problèmes majeurs de logiciels et de communication lors d’un vol d’essai non habité à la Station spatiale internationale.  Maintenant elle doit refaire un nouveau test dans sa capsule Starliner, avant de devenir le deuxième taxi spatial vers l’ISS en partance des États-Unis.

Les technologies utilisées par les deux entreprises aérospatiales américaines dans le développement de leur capsule spatiale respective sont semblables aux missions Apollo, soit l’usage de parachutes et l’amerrissage dans l’océan. 

Sources :  NASA, AFP, AP