L’ancêtre de la machine à vapeur est dû à un mathématicien et ingénieur grec, Héron d’Alexandrie. Si l’on ne sait pas grand-chose sur sa vie, on a néanmoins conservé le l’ouvrage « Les Pneumatiques » où il en explicite le fonctionnement. Voici comment marchait l’éolipyle.

 

 

 

En complément de la vidéo, voici la description du fonctionnement de l’éolipyle telle qu’Héron l’a imaginée :

Faire tourner une sphère sur un pivot à l’aide d’une chaudière placée sur le feu.

Soit AB une chaudière contenant de l’eau, placée sur le feu. On la ferme à l’aide d’un couvercle ΓΔ que traverse un tube recourbé EZH dont l’extrémité H pénètre dans la petite sphère creuse ΘΚ suivant un diamètre. A l’autre extrémité est placé le pivot ΛΜΝ qui est fixé sur le couvercle ΓΔ. On ajoute sur la sphère, aux deux extrémités d’un diamètre, deux tubes recourbés; les courbures doivent être à angle droit et les tubes perpendiculaires à la ligne HN. Lorsque la chaudière sera échauffée, la vapeur passera par le tube EZH dans la petite sphère et, sortant par les tubes recourbés dans l’atmosphère, la fera tourner sur place, comme cela arrive pour les figurines qui dansent en rond.

Héron d’Alexandrie, Pneumatiques, II, XI