La bactérie responsable de beaucoup d’infections contractées à l’hôpital réussit à échapper au système immunitaire grâce à l’aide d’un surprenant allié : un virus qui infecte la bactérie elle-même.

Nicole Avakyan

Cette découverte est rapportée aujourd’hui par une équipe de l’Université Stanford dans la revue Science. Il s’agit d’une première en médecine. Jusqu’à présent, les chercheurs pensaient que les phages, des virus qui infectent uniquement les bactéries, ne produisent pas d’effets pathologiques sur le corps humain. La collaboration entre le phage Pf et son hôte, la bactérie P. aeruginosa, qui infecte typiquement les plaies ouvertes et les brulures, bouleverse notre conception des actions des phages.

Collaboration pathologique

Le phage se cache à l’intérieur de la bactérie et produit des signaux qui mènent le système immunitaire sur une fausse piste. Le système immunitaire s’active à monter une défense contre le virus, pendant que l’infection bactériologique se propage inaperçue et fait des ravages.

La présence du virus trompe les phagocytes, des cellules qui mangent les bactéries pour combattre les infections. Les phagocytes détectent la présence des phages, qui semblent imiter les signaux émis par les virus humains pour détourner l’attention du système immunitaire, et font volte-face. En situation normale, engouffrer des virus est fortement déconseillé.

Nouvelle perspective

Les chercheurs estiment que cette relation symbiotique entre phage et bactérie n’est pas unique. Ce type de collaboration pourrait expliquer pourquoi notre corps tolère certaines bactéries mieux que d’autres et ajouter un niveau de complexité supplémentaire au microbiome humain.