Publicité

Autre action

Blogue

Actualité en microbiologie

Sur la voie d’un nouvel antibiotique pour traiter les infections à Clostridium difficile

Selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, la fidaxomicine pourrait permettre de diminuer substantiellement le taux de rechute des infections à Clostridium difficile.

Clostridium difficile
Cliquer sur la photo pour agrandir
Clostridium difficile

Clostridium difficile est une bactérie très répandue dans les hôpitaux et représente une menace nosocomiale de première importance. Les infections entériques dues à C. difficile causes de sérieuses diarrhées aux conséquences graves et parfois mortelles. Depuis 1996, l’incidence des infections à C. difficile a plus que doublé et 3 millions de cas seraient associés à cette infection aux É.-U. chaque année. Actuellement, l’utilisation du métronidazoles est considérée comme le traitement antibiotique standard pour traiter les infections non sévères à C. difficile. Les cas sévères étant traités avec de la vancomycine.

Bien que les patients aient habituellement une bonne réponse à ces antibiotiques, des mutations associées à la résistance de cette bactérie causent des rechutes dans 20 à 30% des cas. Les problèmes de traitement qui découlent de ces rechutes, ainsi que les épidémies qu’elles engendrent, ont amené des chercheurs canadiens et américains à se pencher sur le développement d’une antibiothérapie plus efficace et plus performante.

Lors d’une étude de phase 3, ce sont 629 patients qui ont pris part à un essai clinique visant à comparer l’effet de la fidaxomicine à celui de la vancomycine. Selon les conclusions de cette étude, la fidaxomicine a permis de diminuer de 45 % le taux de récurrence de l'infection, une réduction significative. Le principal atout de la fidaxomicine est d’être faiblement absorbé par l’intestin, ce qui lui donne une meilleure action contre C. difficile. De plus, il semble que la fidaxomicine ne détruise pas la flore bactérienne intestinale du patient, ce qui contribue à empêcher les rechutes.

Cependant, il ne faut pas crier victoire trop rapidement. Plusieurs études sont encore nécessaires pour confirmer l’efficacité de ce nouveau traitement et démontrer sa sécurité pour les patients. De ce fait, l’utilisation clinique de la fidaxomicine n'est pas approuvée pour le moment par les agences réglementaires canadiennes (Santé Canada) et américaines (Food and Drug Administration). Tout ceci représente néanmoin une avancée importante dans la lutte contre Clostridium difficile et suscite beaucoup d’intérêt.

Source: Fidaxomicin versus Vancomycin for Clostridium difficile Infection

______

Patrick D. Paquette, microbiologiste, RMCCM
Consultant en prévention des infections

Suivez-moi sur Twitter: @patdpaquette │ Courriel: patrick.d.paquette1@gmail.com