Les universités virent au vert et le font savoir. Il existe même un classement international de leurs «performances» en matière de développement durable. Entre politique et éducation, quels sont les ingrédients sur un campus?

Au Québec, on a désormais deux vice-recteurs dont le titre affiche, entre autres choses, le développement durable: ce sont deux de nos invités cette semaine, Louise Béliveau de l'Université de Montréal et Alain Webster, de l'Université de Sherbrooke.

Transport en commun, vélo, mais aussi recyclage, restauration et compostage, gestion des déchets, fontaines écologiques, économies d’énergie et énergie durable... Sans compter, dans le cas de l’Université de Montréal, la protection du patrimoine naturel et architectural au flanc du Mont-Royal.

Quels sont les défis lorsqu’on parle des universités —qui sont semblables à de petites villes où les habitants ne seraient que de passage? Curieusement, s'il y a un classement international, il n'existe pas de "label" ou de "certification" verte pour une université. Qu’en est-il de la formation des étudiants et du personnel? Comment finance-t-on ce virage vert?

Avec nous également, l’économiste Jean-Claude Thibodeau, qui nous parle plus largement de l’état du virage vert et du concept de développement durable au Québec.

Nos invités:

+++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et disponible sur iTunes. Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter.