Qu’ont en commun les comtés les moins vaccinés des États-Unis et ceux avec la plus grande proportion de gens qui hésitent à se faire vacciner? Trump.

Parmi les 3006 comtés des États-Unis, ceux qui ont voté majoritairement pour l’ancien président cet automne sont en effet « plus à risque » d’être aussi ceux qui sont en retard sur le front de la vaccination —et qui abritent la plus forte proportion de gens ayant affirmé ne pas vouloir se faire vacciner. Selon une compilation du New York Times, bien que le tiers des adultes américains aient à présent reçu deux doses d’un vaccin —et la moitié ont reçu leur première dose— dans des centaines de comtés, le taux de vaccination oscille encore autour de 15%.

Certes, Trump n’est pas le seul facteur. L’hésitation vaccinale est plus élevée dans les comtés les plus ruraux et dans ceux où le revenu, de même que le taux de diplomation, sont inférieurs à la moyenne nationale. Mais dans les comtés plus riches qui ont aussi soutenu l’ancien président, le taux de vaccination est également plus faible, quoique l’écart soit moins important.

Il s’agit d’un facteur à considérer, et pas seulement aux États-Unis, parce que dans beaucoup de pays, il existe vraisemblablement un lien entre l’idéologie politique et le nombre de gens qui hésitent à se faire vacciner. Les experts s'entendent pour dire que la poursuite d’une « immunité collective » restera utopique s’il demeure impossible de convaincre cette frange de la population.