Le 20 décembre prochain sera le dixième anniversaire de la mort de Carl Sagan (1934-1996). Un blog-a-thon sera d'ailleurs organisé en cet honneur. Consultez également le blogue Celebrating Sagan pour partager avec les internautes les anecdotes et réalisations de cet astronome et astrobiologiste américain qui fut sans aucun doute le plus grand vulgarisateur scientifique de la seconde moitié du XXe siècle. Son livre Cosmic connection : ou L'appel des étoiles (1973) figure d'ailleurs en 13e place sur la liste des 25 plus importants livres de science. Bien qu'il ne soit en rien comparable avec les ouvrages séminaux de Darwin ou d'Einstein, il est révélateur qu'un tel ouvrage de vulgarisation apparaisse dans cette liste de haut calibre ; en effet, Sagan fut très aimé du public et reste encore une figure respectée aujourd'hui.

Non seulement ses livres étaient-ils régulièrement des best-sellers mais Sagan fut également le concepteur d'une série de documentaires télévisés qui devint un modèle pour un grand nombre de vulgarisateurs scientifiques. En effet, sa série Cosmos (1980), diffusé à l'origine sur PBS en treize épisodes, fut le documentaire le plus populaire de l'histoire de la télévision américaine jusqu'à la série de Ken Burns sur la guerre civile américaine en 1990. La série gagna un Emmy et un Peabody Award, et fut diffusé dans plus de 60 pays ; on calcule qu'entre 400 à 600 millions de gens visionnèrent cette série. Le livre tiré de la série demeura sur la liste des best-sellers du New York Times pendant 70 semaines. La série a fort peu vieilli et est disponible en DVD, ainsi que dans de nombreux clubs vidéo.

Sagan n'était pourtant pas un grand scientifique. Il était brillant (Asimov disait de Sagan qu'il était l'une des deux personnes plus intelligentes que lui qu'il ait jamais rencontré) et publia plusieurs centaines d'articles pointus. Mais ses intérêts, qui allaient de l'astronomie à la biologie, étaient trop éparpillés pour lui gagner une place parmi les spécialistes d'une discipline. Il resta toute sa vie déchiré entre ses passions de chercheur et de communicateur. Sa célébrité lui aliéna d'ailleurs une partie de la communauté scientifique, qui lui refusa toujours certaines récompenses honorifiques. Sa carrière scientifique souffrit donc à plusieurs niveaux de sa popularité auprès du public mais, d'un autre côté, celle-ci lui permit d'exercer une influence sur diverses aspects de la politique scientifique américaine.

Sa notoriété date du début des années 1970, une époque où il participa au débat public et à la controverse sur la théorie des Mondes en collision (1950) d'Immanuel Velikovsky, et où il commenca à être régulièrement invité au Tonight Show de Johnny Carson, lui-même un astronome amateur. (Sagan admit dans son dernier livre, Billions & Billions, qu'il prononça, dans la série Cosmos, le mot « billions », milliards en français, en forçant sur le « b » pour mieux faire la différence avec « millions ». Mais il ne prononça jamais l'expression pour laquelle il est demeuré célèbre. L'association de cette phrase avec Sagan provient plutôt d'un sketch que Carson fit pour parodier son ami Sagan.)

Il s'intéressa notamment à l'exploration spatiale ; il participa au programme Apollo et aux missions du JPL vers les planètes avec les sondes Voyager. Il fonda d'ailleurs la Planetary Society, une organisation sans but lucratif destinée à faire la promotion de l'exploration spatiale. Ses premières études de l'atmosphère vénusienne le poussa à considérer les dangers du réchauffement climatique et les possibilités de terraformation des planètes du système solaire. C'est aussi en partie à cause des modèles climatiques qu'il analysa qu'il en vint plus tard à soumettre l'idée de l'hiver nucléaire (devant succéder à un échange atomique) et à militer contre l'armement nucléaire.

Grâce à son intérêt pour les possibilités de la vie dans le cosmos, il fit beaucoup pour donner de la crédibilité au domaine du SETI. Il fut également un pionnier dans la discipline naissante de l'exobiologie.

Sa veuve, Ann Druyan, a édité les « Gifford Lectures in Natural Theology » que Sagan donna en 1985 pour en faire un livre intitulé « The Varieties of Scientific Experience: A Personal View of the Search for God », qui vient tout juste d'être publié.

Nous nous rappellerons surtout de lui comme un humaniste, un sceptique et un défenseur de la méthode scientifique et de la pensée critique.

Pour mieux connaître l'homme et le chercheur, consultez les deux biographies qui lui ont été consacrées :

Keay Davidson, Carl Sagan. A Life , 1999.

William Poundstone, Carl Sagan, A Life in the Cosmos , 1999.