Après plus de 30 ans de démarches auprès des autorités politiques et administratives du gouvernement du Québec, la profession de microbiologiste n’est toujours pas réglementée. Ceci veut dire veut qu’aucune loi ou aucun ordre professionnel n’encadre la pratique de la microbiologie. N’importe qui peut donc s’improviser microbiologiste, sans en avoir les compétences ou la formation! Une situation inamissible pour l'Association des microbiologistes du Québec.

Ceci est d’autant plus navrant lorsque l'on réalise le risque que peuvent représenter les microorganismes pour la population. Il n’y a qu’à penser à la tragédie de l’eau contaminée dans le réseau municipal de Walkerton (2000), au faux scandale des piscines publiques de la Ville de Montréal (2006), à la crise de la listériose dans l’industrie du fromage (2008), aux efflorescences d’algues bleues dans certains lacs du Québec (2008-2009), aux problèmes de moisissures dans les écoles (2012), à l’éclosion mortelle de légionellose à Québec (1996 et 2012), la viande contaminée chez Maple Leaf (2008) et chez XL Foods (2012), etc.

Les microbiologistes sont pourtant formés pour prévenir ces situations et pour y réponde le cas échéants. Toutefois, ils doivent posséder les outils nécessaires pour exercer pleinement leur responsabilité professionnelle. Dans ce contexte, la reconnaissance légale de cette profession dans un ordre est une condition essentielle à la protection du public.

Malheureusement, rien n'y fait et la création d'un ordre professionnel pour les microbiologistes n'est toujours pas inscrite à l'agenda politique du gouvernement.

Agrément professionnel décerné par l'AMQ Devant l'immobilisme des autorités québécoises, l'AMQ a mis sur pied un agrément professionnel à l'intention des microbiologistes du Québec. Cet agrément vise à renforcer la protection du public et de mieux protéger la profession de microbiologiste. Cet agrément est réservé exclusivement aux membres de l'AMQ.

Cependant, les moyens de l'AMQ sont grandement limités, car elle n’a aucun pouvoir légal pour assurer adéquatement la protection du public. L'AMQ ne peut compter que sur les microbiologistes qui choisissent volontairement de devenir membres de l’AMQ. Ces derniers s’engagent à respecter un code de déontologie qui prône le professionnalisme, la rigueur, l’éthique et la compétence dans la pratique de la microbiologie. Pour distinguer les microbiologistes membres de notre association, ces derniers sont autorisés à porter le titre de Microbiologiste agréé(e) et à ajouter à leur signature les initiales Mcb.A.

Malheureusement, l’AMQ n’est pas à l’abri de situation où des membres de l'association dérogent à leurs engagements, en commettant des fautes professionnelles et déontologiques. L’AMQ est toutefois impuissante à sanctionner adéquatement les membres fautifs, car elle n’a pas les pouvoirs légaux d’un ordre professionnel. Les mesures pouvant être prises se résument à les radier de notre association. Une bien maigre protection pour le public québécois.

Comment le public peut-il faire pour se protéger? Le public fait généralement affaire avec des microbiologistes pour des analyses d'eau ou lorsqu'il est question de problèmes d'humidité et de moisissures résidentielles. Les gestionnaires d’édifices publics et commerciaux font généralement de même pour assurer une bonne qualité de l'air ambiant. Cependant, comme n’importe qui peut se prétendre microbiologiste sans en avoir les compétences, il peut arriver que des individus sans scrupule se fassent passé pour un tel professionnel, alors qu'il n'en est rien.

Malheureusement, tant que le gouvernement du Québec ne créera pas d'ordre professionnel pour les microbiologistes, les citoyens ont très peu de moyens pour se protéger face à de telles situations.

En attendant, le meilleur conseil est de toujours vous assurer que les microbiologistes qui effectuent vos analyses soient des microbiologistes agréés par l'Association des microbiologistes du Québec. C'est le seul gage qu'il s'agit réellement de microbiologistes compétents et professionnels. Si l'investigateur en qualité de l'air avec qui vous faite affaire confie les analyses microbiologiques à un laboratoire externe, assurez-vous également ces microbiologistes sont membres de l'AMQ.

Vous pouvez vérifier vous-même si un microbiologiste est membre de l'Association des microbiologistes du Québec, en recherchant son nom dans la Liste des membres de l'AMQ.

______

Patrick D. Paquette, microbiologiste, M.Sc.(c), Mcb.A., RMCCM Consultant en microbiologie & prévention des infections

Suivez-moi sur Twitter: @patdpaquette │ Courriel: mesconsultants@outlook.com