Il est parfois d’étranges rencontres. Sur les murs d’une galerie de Montréal se déploient des paysages vaporeux, comme déformés par un voile. On y voit des rides, on y devine de la peau. On y sent des algues, on y puise de l’eau.

Ces œuvres cultivent le mystère et la poésie. Elles nous parlent. Elles me parlent, me conviant à un voyage vers d’autres horizons.

Je n’imaginais pas à quel point.

Toutes ses images proviennent d’une planète qui n’est pas la nôtre : Mars. Leur auteur, le photographe Pierre Tousignant, a profité de la généreuse initiative de l’Université de l'Arizona d’offrir en licence Creative Commons les photographies de la caméra HIRISE (High Resolution Imaging Science Experiment), installée sur la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.

Depuis 2006, cette caméra envoie des images de très haute résolution de la surface de Mars aux Terriens que nous sommes.

Grâce à elle, les scientifiques peuvent étudier le climat de la planète rouge. Grâce à elle, les passionnés d’astronomie peuvent découvrir un monde qui sera peut-être le nôtre un jour. Et grâce à elle, des artistes peuvent nous faire vivre une expérience hors du commun.

À voir jusqu’au 17 octobre 2015 à la galerie La Castiglione, 5761, boulevard Saint-Laurent à Montréal.

*** Mise à jour: c'est l'Université de l'Arizona qui gère les images de la caméra HIRISE, non l'Université du Texas.

.

Ce billet est également publié sur le site BriteSciences .